Accéder au contenu principal

Le Kurdistan irakien, un pas de plus vers l'indépendance

AFP | Le drapeau kurde.

L’avancée des djihadistes de l'EIIL en Irak joue en faveur des Kurdes, qui ont profité du chaos actuel pour étendre leur territoire. L'indépendance se rapproche pour le Kurdistan.

Publicité

En Irak, le Kurdistan n'a jamais été aussi proche de son indépendance. Cette région du nord irakien, qui bénéficie d’une semi-autonomie, s'est dotée mercredi d'un nouveau gouvernement. En effet, après neuf mois de tractions et sous la pression de la crise provoquée en Irak par l’offensive de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), les partis politiques kurdes sont enfin parvenus à s’entendre. S'il est encore trop tôt pour parler d'indépendance, toutes les conditions en semblent désormais réunies à la faveur du chaos actuel.

>> À lire aussi sur FRANCE 24 : Face à l'avancée des djihadistes, les Kurdes irakiens tirent leur épingle du jeu

Un chaos qui profite indéniablement aux Kurdes qui ont conquis davantage de territoires, dont certains qu'ils revendiquaient de longue date. Ainsi, la semaine dernière, les peshmerga, principale force combattante kurde, ont pris le contrôle des champs pétroliers de Kirkouk (à 240 km au nord de Bagdad) et de Mossoul, abandonnés par l'armée irakienne.

"Maintenant qu'ils sont sous le contrôle du gouvernement kurde, il lui sera très facile de les rouvrir et d'exporter le pétrole produit, explique à FRANCE 24 Khider Domle, professeur à l’Université de Dohuk. Cela va aussi considérablement augmenter les réserves pétrolières du Kurdistan". Ce qui lui permettra de renforcer sensiblement son indépendance économique par rapport à Bagdad.

Et si les hommes politiques kurdes hésitent encore à parler ouvertement d'indépendance, une grande partie de la population s'y prépare déjà. "Aujourd'hui, nous avons une opportunité en or, une de ces opportunités historiques qui n'arrivent que très rarement, souligne Sabr Hassan, un habitant d’Erbil. Nous avons le sentiment de cette fois nous nous dirigeons vraiment vers l'indépendance".

Reste maintenant à savoir combien de temps le drapeau irakien continuera à flotter, au côté du drapeau kurde, sur le parlement d'Erbil.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.