Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Trévidic sur la lutte antiterroriste : "Le danger, c'est de baisser la garde"

En savoir plus

FOCUS

Au Soudan du Sud, une paix si fragile

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : Rome face à l'ultimatum de Bruxelles

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Dis à ton patron que la mission est accomplie"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Stan Lee, l'homme a régné"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président comorien Azali Assoumani prévoit une présidentielle anticipée

En savoir plus

Economie

Pyongyang déclare le Choco Pie sud-coréen friandise non-grata

© Wikimedia Commons / Le Choco Pie est même devenu une monnaie alternative sur le marché noir nord coréen

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 30/06/2014

Le régime de Pyongyang a interdit aux entreprises sud-coréennes implantées en Corée du Nord de remettre des biscuits Choco Pie a leurs salariés nord-coréens. Ces gâteaux étaient devenus un symbole à plus d’un titre.

Le régime nord-coréen a frappé. Cette fois, ce sont les Choco Pies, des biscuits sud-coréens, qui se sont retrouvés dans le collimateur du régime de Pyongyang. Ces gâteaux au chocolat fourrés de crème de marshmallows sont devenus friandises non-grata, affirme, lundi 30 juin, le quotidien conservateur sud-coréen “Chosun Ilbo”. Les autorités de Corée du Nord ont interdit aux entreprises sud-coréennes installées dans la zone économique mixte du complexe industriel de Kaesong (au sud de la Corée du Nord) d’en remettre aux employés nord-coréens.

Kim Jung-un serait-il entré en guerre contre les ravages des sucreries “capitalistes” ? La réalité semble bien plus complexe que cela. Les Choco Pies sont, en fait, devenus tellement populaires au sein d’une population nord-coréenne privée de tout ce qui ressemble de près ou de loin à des produits occidentaux que les autorités craignent qu’ils deviennent le meilleur argument de vente pour la culture occidentale.

Au grand dam de Pyongyang, ces friandises servent même de monnaie alternative sur le marché noir, rappelle le quotidien britannique “The Guardian”. En mai 2014, un Choco Pie y valait 1 500 wons nord-coréens (1,22 euros), d’après le journal londonien. Par comparaison, le kilo de riz coûte à Pyongyang 4 300 wons (3,50 euros).

Péril “Choco Pie”

Ce goût prononcé pour les biscuits a poussé les groupes sud-coréens installés dans le complexe de Kaesong à offrir, entre autres produits, des Choco Pies à leurs employés venus du nord en complément de salaires. C’était devenu une manière de contourner l’interdiction de Pyongyang de payer les heures supplémentaires en argent liquide.

Une pratique tellement répandue que la valeur du Choco Pie avait explosé lors de la fermeture de Kaesong pendant près de six mois durant la crise de 2013 entre les deux Corées. “J’avais dit à mon père d’aller en Chine pour en acheter autant que possible parce qu’avec la fermeture du complexe industriel le prix allait monter en flèche ce qui devrait lui permettre de faire un joli profit”, racontait alors à la BBC un dissident du nord, installé à Séoul.

Les autorités avaient déjà commencé à sévir, le mois dernier, contre le péril “Choco-Pie”. Des descentes sur les marchés de Pyongyang cherchaient à confisquer tout ce qui semblaient venir de Corée du Sud avec un intérêt tout particulier pour ces biscuits au chocolat, raconte le site sud-coréen spécialisé dans l’actualité de Corée du Nord "DailyNK". Auparavant, Pyongyang avait favorisé la confection d’équivalent “socialiste” de ces confiseries. Mais ces clones nord-coréens n’ont jamais réussi à voler la vedette aux Choco Pies.

Première publication : 30/06/2014

  • CORÉE DU NORD

    Les étudiants nord-coréens obligés d’adopter la coiffure de Kim Jong-un ?

    En savoir plus

  • BANDE-DESSINÉE

    "La faute : une vie en Corée du Nord", plongée dans le pays le plus opaque du monde

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Kim Jong-il, Angry Bird et Victor Hugo, stars de la tablette nord-coréenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)