Accéder au contenu principal

La Gay Pride en Turquie tourne à la manifestation anti-Erdogan

AFP / OZAN KOSE / Gay pride sur l'avenue Istiklal à Istanbul

Des dizaines de milliers de personnes ont participé dimanche 29 juin à la Gay Pride turque. Une manifestation à la tonalité politique, pour défier Recep Tayyip Erdogan, à quelques jours de l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle.

Publicité

À l’occasion de la Gay pride turque, la célèbre avenue Istiklal d'Istanbul a pris les couleurs du drapeau arc-en-ciel. Des dizaines de milliers de manifestants ont ainsi répondu à l'appel des associations de défense des lesbiennes gay bi et transexuels (LGBT) en Turquie.

Pour beaucoup, ce rassemblement a été l'occasion d'affirmer son droit à la différence. "Je n'ai pas fait mon coming-out auprès de ma mère, ni de mon père, ni de mes amis, explique Senef Cakmak, une manifestante turque. Jusqu'à présent, je me le suis cachée à moi-même. Aujourd'hui, c'est la seule fois de l'année où je suis moi-même."

Défilé surveillé

Si l'ambiance était bon enfant, le défilé s'est déroulé sous la surveillance attentive des policiers. En Turquie, l'homosexualité n'est certes pas pénalement réprimée mais l'homophobie est très répandue et parfois véhiculée par les politiques.

En 2010, la ministre de la Famille et de la Femme Selma Aliye Kavaf, membre du parti de Recep Tayyip Erdogan, avait provoqué la colère des militants homosexuels en qualifiant l'homosexualité de "maladie" devant être "soignée".

Pour Michelle Demishevich, journaliste transsexuelle turque, le changement passe notamment par le combat juridique. "Nous devons nous battre et enseigner en permanence la tolérance à notre société (...) contre le mode de vie et les règles qui nous sont imposées" explique la journaliste. Récemment, elle a obtenu la condamnation d'une femme qui l'avait agressée, ce qui constitue une première dans ce pays.

Un an après la fronde contre Recep Tayyip Erdogan, au-delà de la question des minorités sexuelles, beaucoup de Turcs ont aussi défilé contre le Premier ministre islamo-conservateur. En juin 2013, au moment des émeutes de Gezi, les associations LGBT avaient occupé le devant de la scène.

Le Premier ministre au pouvoir depuis onze ans doit annoncer mardi 30 juin sa candidature à l'élection présidentielle des 10 et 24 aout 2014. Une élection dont il est l'un des favoris.

Recep Tayyip Erdogan pas encore candidat mais déjà en campagne

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.