Accéder au contenu principal
FRANCE

À Calais, nouvelle opération d’évacuation d'un centre de migrants

AFP | Archive
3 mn

Mercredi matin, la police a entamé une opération d’évacuation du principal camp de migrants de Calais (Pas-de-Calais), installé fin mai dans un centre de distribution de repas de la zone portuaire de la ville.

Publicité

Mercredi, peu après 6h30, les forces de l’ordre ont débuté l’évacuation du principal camp de migrants de Calais (Pas-de-Calais), installé depuis fin mai dans un centre de distribution de repas dans la zone portuaire, a rapporté une journaliste de l'AFP.

De nombreux policiers et gendarmes participaient à l'opération, autorisée par le tribunal administratif de Lille - saisi en référé par la mairie de Calais - et motivée notamment par le caractère prolongé de cette occupation et l'insuffisance des infrastructures sanitaires.

"Ça a commencé vers 6 heures. J'étais à l'intérieur, les flics sont arrivés, ils ont bloqué toutes les sorties, ont utilisé des gaz lacrymogènes pour empêcher les gens de s'enfuir", a déclaré à l'AFP Céline, 25 ans, une bénévole qui se trouvait dans le centre de distribution des repas, accompagnée d’une trentaine de militants et de bénévoles.

"Les gens dormaient, ils n'ont pas eu le temps de sortir", a-t-elle ajouté, alors qu'une quinzaine de cars arrivaient sur place pour emmener les migrants.

Dans le même temps, des squats du centre-ville de Calais ont été évacués par les forces de l'ordre, selon plusieurs bénévoles, qui affirment que des femmes et des enfants se trouvaient à l'intérieur.

Certains responsables associatifs, comme Jean-Claude Lenoir, de l'association Salam, qui distribue des repas quotidiennement aux migrants, ont été interpellés au centre de distribution des repas, a constaté pour sa part un correspondant de l'AFP.

Dix fois plus de migrants interceptés en un an

Des migrants et des militants du réseau No Border ont tenté de fuir en s'introduisant dans des maisons de riverains mais les forces de l'ordre les ont finalement interpellés, a indiqué un habitant de Calais à un correspondant de l'AFP.

Tous les accès au camp avaient auparavant été bloqués par des cars de CRS. Des policiers en zodiacs étaient égalements présents pour sécuriser les accès à la mer.

Plusieurs centaines de migrants s'étaient rassemblés depuis fin mai dans le centre de distribution des repas, servis chaque jour par des bénévoles aux candidats à l'émigration en Grande-Bretagne, venus notamment d'Afghanistan et de Syrie, après l'évacuation par la police de trois camps abritant quelque 650 personnes, le 28 mai.

Le 18 juin, le préfet du Pas-de-Calais avait appelé les migrants candidats au départ pour la Grande-Bretagne à accepter un hébergement en France, annonçant notamment que leur demandes d'asile serait "traitées en urgence".

Depuis le début de l’année 2014, quelque 3 000 clandestins ont été interceptés à Calais, soit dix fois plus qu’un an plus tôt sur la même période.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.