Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FOCUS

Réforme de l'enseignement primaire : une rentrée de haute lutte à l'école publique

En savoir plus

Moyen-Orient

Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

© Marwan Ibrahim, AFP | Champ pétrolier situé près de Kirkouk

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/07/2014

Les autorités kurdes ont annoncé, vendredi, avoir pris le contrôle de deux champs pétroliers dans la région de Kirkouk, d'un rendement d'environ 400 000 barils par jour. Les autorités irakiennes fulminent.

Le torchon brûle entre Bagdad et Erbil. Vendredi 11 juillet, la région autonome du Kurdistan irakien a annoncé avoir pris le contrôle de champs de pétrole disputés dans la région de Kirkouk, dans le nord du pays. Ces champs pétroliers auraient un rendement combiné d'environ 400 000 barils de pétrole par jour, selon un porte-parole du ministère.

"Les membres du gouvernement régional du Kurdistan et les forces de protection du pétrole de Kirkouk ont sécurisé les champs de pétrole des zones de Bai Hassan et de la zone de Makhmour", a annoncé le gouvernement kurde dans un communiqué.
Sans surprise, le ministère du Pétrole irakien a vu rouge

"Le ministère du Pétrole condamne fermement la prise de puits de pétrole dans les champs pétroliers de Kirkouk et Bey Hassan ce matin par des groupes de combattants kurdes", a affirmé le ministère dans un communiqué.

Escalade de tensions entre Erbil et Bagdad

Ces accusations marquent une nouvelle escalade dans les tensions entre Erbil et Bagdad, qui ont notamment contribué à l'échec de la formation d'un gouvernement d'unité nationale face à l'offensive d'insurgés sunnites lancée le 9 juin.

Les autorités kurdes ont demandé, jeudi 10 juillet, au Premier ministre Nouri al-Maliki de quitter le pouvoir, le qualifiant d'"hystérique" après ses déclarations accusant la province autonome d'être le quartier général des insurgés.

Le Parlement irakien doit se réunir dimanche pour tenter d'ouvrir la voie à la formation d'un gouvernement suite aux législatives du 30 avril et après l'échec d'une première séance levée dans une ambiance chaotique le 1er juillet.

Les ministres kurdes ont par ailleurs annoncé qu'ils boycottaient les réunions du Conseil des ministres.

Profitant du retrait de l'armée irakienne face à l'avancée des insurgés, les forces kurdes ont pris le contrôle de territoires disputés avec Bagdad qu'Erbil a déclaré ne jamais vouloir rendre, annonçant également la tenue d'un référendum sur l'indépendance de leur région.

Avec AFP

 

Double attentat à Kirkouk, au moins 28 morts

Au moins vingt-huit personnes ont été tuées vendredi dans un double attentat dans la ville disputée de Kirkouk (nord), désormais tenue par les forces kurdes, selon une source officielle irakienne.

Parmi les victimes figurent notamment quatre femmes, deux enfants et deux policiers. Les deux attentats ont fait également au moins 21 blessés.

Première publication : 11/07/2014

  • IRAK

    Première apparition vidéo du prétendu "calife" de l’EIIL, l’émir al-Baghdadi

    En savoir plus

  • IRAK

    "Le patrimoine irakien est en danger dans les zones contrôlées par l'EIIL"

    En savoir plus

  • IRAK

    Abou Bakr al-Baghdadi, le nouveau maître du djihad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)