Accéder au contenu principal

Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

S. Martin, AFP

L'ultime cargo automatique européen ATV, baptisé Georges Lemaître, a été lancé, dans la nuit de mardi à mercredi, vers la Station spatiale internationale (ISS). Un soixantième succès d'affilée et le troisième de l'année pour le lanceur européen.

PUBLICITÉ

La fusée Ariane 5 ES a réussi, dans la nuit de mardi à mercredi 30 juillet, sa troisième mission de l'année. Le lanceur européen, avec à son bord le cinquième et dernier cargo automatique, un véhicule de transfert automatique (ATV), est parvenu à ravitailler la station spatiale internationale (ISS).

La fusée a décollé trois minutes et trente secondes après l'heure initialement prévue, à 20h47 minutes et 38 secondes, heure locale (23h47 GMT), du centre spatial de Kourou en Guyane française, pour sa 218e mission.

Une heure, trois minutes et 56 secondes plus tard, le lanceur européen se séparait de l'ATV 5 Georges Lemaître, le dernier cargo automatique européen. D'un poids au lancement de 20,06 tonnes et d'une longueur de 10 mètres pour 4,5 de diamètre, l'ATV a été construit par Airbus Defence and Space à la tête d'un consortium d'industriels européens. Il s'agit de la plus lourde charge emportée par Ariane 5 à ce jour.

Comme pour ses prédécesseurs "Jules-Verne", "Johannes-Kepler", "Edoardo-Amaldi" et "Albert-Einstein", la mission de "Georges-Lemaître" est d'assurer le ravitaillement de la station spatiale internationale (ISS) en eau, air, vivres, ergols, pièces de rechange et matériels pour les expériences. Il se chargera aussi des manœuvres de rehaussement d'orbite de l'ISS.

Une aventure qui s'achève

Avec Georges-Lemaître s'achève l'aventure de l'ATV, le cargo européen de l'espace. Après Jules-Verne en 2008, Johannes-Kepler en 2011, Edoardo-Amaldi en 2012, Albert-Einstein en 2013, et enfin Georges-Lemaître, les États membres de l'ESA ont choisi d'arrêter la production des ATV. Ce ne sera pas la fin de l'aventure européenne pour autant puisque le module de service de l'ATV servira de module de service du transport d'équipage de la Nasa.

"C'est la première fois que la Nasa a tellement confiance en ce que fait l'industrie européenne, qu'elle a pris le risque de nous mettre sur le prochain transport d'équipage avec un premier vol qui aura lieu vers 2017-2018 vers la Lune", a affirmé à la presse le directeur général de l'ESA, Jean-Jacques Dordain.

La mission de mardi a été suivie par la secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et la Recherche, Geneviève Fioraso, en visite officielle en Guyane depuis dimanche. La ministre a abordé l'avenir des lanceurs européens, en défendant Ariane comme "la clé pour le secteur spatial européen".

Geneviève Fioraso a affirmé que "la détermination de l'ensemble des acteurs européens, publics et privés, est totalement mobilisée aujourd'hui pour que l'Europe reste l'acteur de premier plan mondial dans l'accès à l'espace."

Le futur lanceur européen Ariane 6 est présenté par la ministre comme "un projet ambitieux pour construire un avenir solide à la filière européenne des lanceurs."

Le prochain rendez-vous au centre spatial guyanais aura lieu le 21 août. Une Soyouz placera sur orbite deux satellites de la constellation Galiléo, autre rendez-vous important pour le centre spatial guyanais.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.