Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : Cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Réforme du droit d'auteur : et maintenant ?

En savoir plus

EUROPE

Commémoration du centenaire de l'invasion de la Belgique

© Nicolas Lambert, AFP | Le roi des Belges, Philippe, participe à une cérémonie de commémoration de la Grande Guerre, le 4 août au fort de Loncin, près de Liège

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/08/2014

Le 4 août 1914, l’Allemagne envahissait la Belgique en violation de la neutralité du royaume, déclenchant les hostilités de la Première Guerre mondiale. Des représentants de 80 pays se retrouvent ce lundi à Liège pour commémorer l’événement.

Les représentants de plus de 80 pays du monde ont rendez-vous à Liège, dans l’est de la Belgique, lundi 4 août, pour commémorer l'invasion du pays par les troupes allemandes il y a un siècle, en violation de la neutralité du royaume.

Cette invasion, le 4 août 1914, aux premières heures de la Grande Guerre, allait marquer le début de quatre ans de combats acharnés en Europe, la première guerre "totale" qui a fait plus 9 millions de morts. 

La ville a été placée en état de siège afin d'assurer la sécurité de la quinzaine de têtes couronnées et de chefs d'État attendus, dont le roi Felipe VI d'Espagne, les présidents français et allemand, François Hollande et Joachim Gauck, et le prince William, accompagné de son épouse Kate, pour représenter le Royaume-Uni. Au total, quatre-vingt trois pays engagés dans la Grande Guerre ont été invités pour cette commémoration par le roi belge, Philippe.

La résistance de Liège

Accueillies au quartier miliaire de Saint-Laurent par le roi Philippe et son épouse Mathilde, les délégations étrangères ont rejoint en fin de matinée le mémorial interallié de Cointe, symbole de la reconnaissance des alliés à la ville pour sa résistance à l'envahisseur allemand en août 1914.

Le roi Philippe prononcera l'allocution d'ouverture avant que François Hollande, Joachim Gauck, le prince William et le Premier ministre belge Elio Di Rupo ne prennent à leur tour la parole. A l'issue de la manifestation, douze coups de canon seront tirés pour rappeler la résistance héroïque et désespérée des douze forts de Liège à l'invasion allemande.

Le prince William et son épouse prendront ensuite le chemin de Mons pour une cérémonie dans le petit cimetière militaire de Saint-Symphorien. Ils y retrouveront le Premier ministre David Cameron et le prince Harry. C'est dans ce cimetière que reposent le premier soldat britannique tué durant la Grande Guerre et le dernier, tué le 11 novembre 1918, jour de l'armistice.

Le roi des Belges et son épouse effectueront tous leurs déplacements en voiture et aucun contact avec la population n'est prévu. Les itinéraires empruntés par les cortèges ont été sécurisés depuis ce week-end et tous les véhicules présents sur le parcours ont été enlevés.

Ce dispositif de sécurité très serré provoque toutefois une énorme frustration pour les habitants qui devront se contenter d'écrans géants pour suivre la cérémonie. Quant aux riverains, ils ont été priés de rester à l'intérieur de leurs maisons, fenêtres fermées.

Jeu des alliances

L'invasion de la Belgique le 4 août 1914 a déclenché les hostilités de la Première Guerre mondiale. L'Allemagne a violé la neutralité du petit royaume pour prendre en tenailles les forces françaises, ce qui a entraîné l'entrée en guerre du Royaume-Uni. Par le jeu des alliances, la quasi-totalité des pays occidentaux sont ensuite entrés en guerre.

Les garnisons et les douze forts qui ceinturent Liège vont résister pendant plusieurs jours aux assauts de l'artillerie allemande, qui n'en viendra à bout qu'en recourant pour la première fois à ses canons de 420 mm, les célèbres "Grosse Bertha". Ces combats feront un millier de morts de part et d'autre.

La ville tombe le 16 août 1914, mais sa résistance inattendue a retardé de quelques jours l'avancée des forces allemandes, fournissant un répit précieux aux alliés français et britanniques. La presse anglo-saxonne rend hommage à "Brave Little Belgium".

Les forces allemandes se vengeront de cette résistance par des exactions qui coûteront la vie à quelque 6 500 civils et choqueront l’opinion occidentale.

Avec AFP
 

Première publication : 04/08/2014

  • CENTENAIRE

    Grande Guerre : les poilus sont-ils vraiment partis la fleur au fusil ?

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    Grande Guerre : "S'il vous plaît, ne débutez pas la guerre !"

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    En images : la France et l'Allemagne commémorent le début de la "der des der"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)