LIBERIA

Face à Ebola, le Liberia décrète l'état d'urgence

AFP, Cellou Binani

Face à l'ampleur de la propagation d'Ebola, la présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf a décrété l'état d'urgence dans le pays pour une durée de 90 jours. La chef de l'État estime qu'il en va de la "survie" du pays.

Publicité

Face à "la menace Ebola", la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf a décrété dans la nuit de mercredi à jeudi l'état d'urgence, dans son pays, pour 90 jours. La chef de l'État estime qu'il en va de la "survie" de son pays. À événement exceptionnel, "mesures extraordinaires". Ellen Johnson Sirleaf a justifié sa décision après avoir rappelé que les différentes mesures prises pour enrayer l'épidémie (fermeture des écoles, désinfection des lieux publics....) ne fonctionnaient pas.  "La menace continue de grandir", a-t-elle déploré.

>> A lire sur France 24 : un sérum "sauve" deux Américains infectés au Liberia

"L'ampleur et l'échelle de l'épidémie, la virulence et la mortalité du virus dépassent maintenant les capacités et les prérogatives de quelque agence gouvernementale ou ministère que ce soit", a poursuivi la présidente libérienne qui espère ainsi reprendre le contrôle de la situation.

"L'ignorance et la pauvreté [...] exacerbent la propagation de la maladie"

Ellen Johnson Sirleaf met surtout en cause le comportement dangereux de ses compatriotes vis-à-vis des malades et des victimes d'Ebola. "L'ignorance, la pauvreté, ainsi que des pratiques culturelles et religieuses bien ancrées continuent à exacerber la propagation de la maladie, en particulier en province", a-t-elle souligné, en référence notamment aux contacts avec les cadavres lors des rites funéraires.

>> À voir sur France 24 : Au Liberia, des victimes d'Ebola ramassées en pleine rue

"Le virus Ebola, les ramifications et les conséquences de la maladie, constituent à présent un trouble affectant l'existence, la sécurité et le bien-être de la République, représentant un danger clair et immédiat", a affirmé Mme Sirleaf avant de décréter l'état d'urgence pour 90 jours, qui sera soumis jeudi au Parlement.

Plus de 900 morts en Afrique de l'ouest

L'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis son apparition en 1976, a fait 932 morts sur 1711 cas (confirmés, suspects ou probables) : 363 en Guinée, 282 au Liberia, 286 en Sierra Leone et deux au Nigeria, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les derniers bilans sont particulièrement inquiétants pour le Liberia, qui compte 48 des 108 nouveaux cas recensés, parmi lesquels 27 des 45 nouveaux cas mortels. Il n'existe actuellement aucun traitement pour combattre ce virus très virulent qui a un taux de mortalité de 70 à 90%.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine