Accéder au contenu principal
TECHNOLOGIE

Vidéo : quand les robots se mettent aux flash-mobs...

Michael Rubenstein, AFP
3 min

Grâce à un système infra-rouge poussé, une armée de mini-robot créés par des chercheurs de Harvard sont parvenus à communiquer ensemble. Cette nouvelle avancée dans le secteur de la micro-robotique a été publiée jeudi dans la revue "Science".

Publicité

Ils sont exactement 1 024. L’université américaine de Harvard a mis au point une armée de mini-robots capable de communiquer entre eux pour se rassembler ou même créer des formes à la manière d’une flash-mob, sans aucune intervention humaine.

Une étoile, une clé ou même les lettres de l’alphabet… Ils répondent au doigt et à l’œil aux ordres de leurs créateurs grâce à un système de communication à infra-rouge, explique Radhika Nagpal, professeur d'informatique à l'institut Wyss de l'université de Harvard, principal auteur des travaux sur ces mini-robots publiés, jeudi 14 août, dans la prestigieuse revue américaine "Science".

Les fourmis et les abeilles, sources d'inspiration

Baptisés Kilobots, ces petits engins sont munis de moteurs à vibrations qui leur permettent de se déplacer de manière fluide, en glissant. Grâce à un programme informatique qui simule trois comportements collectifs de base, les Kilobots sont capables d'interagir avec leurs voisins pour s'informer de leurs mouvements. Leur modèle : le mode de vie des insectes comme les abeilles et les fourmis. "Nous nous inspirons surtout de systèmes dans lesquels les individus sont capables de s'auto-assembler pour régler des problèmes", affirme Radhika Nagpal.

Les chercheurs de Harvard estiment que des programmes plus avancés pourraient permettre à ces essaims de robots de se réorganiser en cas de dommage étendu à la structure qu'ils forment ou de s'attacher les uns aux autres, à l'instar des ponts que les fourmis forment avec leurs corps au-dessus de l'eau.

La micro-robotique, technologie du futur

En février déjà, lors de la conférence annuelle de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS), le groupe de chercheurs de Radhika Nagpal avait présenté des robots bâtisseurs capables de fonctionner de façon autonome et de réaliser des constructions complexes qui s'inspiraient des termites. Comme ces insectes, ces robots peuvent transporter des briques, construire des escaliers avant de les gravir pour ajouter des éléments de construction à une structure. Ils obéissent à des instructions de base simples pour exécuter un projet de construction de façon indépendante, exactement comme les termites.

Particulièrement actifs dans le domaine de la micro-robotique, les laboratoires de Harvard ont également présenté, en mai 2013, le projet RoboBees, des abeilles-robot autonomes capables de butiner, à l’heure où le déclin des insectes pollinisateurs inquiète de plus en plus. Les scientifiques estiment que la micro-robotique ouvre un champ quasi-illimité de découvertes et d’innovations pour le quotidien avec des ramifications dans de nombreux secteurs comme l’entomologie, la biologie, l’informatique dématérialisée ou encore la surveillance militaire.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.