Accéder au contenu principal

Nadine Morano "heurtée" par la vision d'une femme voilée à la plage

Nadine Morano au siège de l'UMP en juin 2014
Nadine Morano au siège de l'UMP en juin 2014 Eric Feferberg, AFP

L'ancienne ministre UMP Nadine Morano a créé la polémique, lundi, après avoir posté sur sa page Facebook la photo d'une femme voilée sur la plage. Selon elle, il s'agit d'une atteinte à "notre culture".

PUBLICITÉ

Très présente sur les réseaux sociaux, l’eurodéputée UMP Nadine Morano a fait de nouveau parler d’elle, lundi 18 août, en publiant sur sa page Facebook la photo d’une femme voilée sur une plage en France. Sous ce cliché, pris par l’ancienne ministre, elle a expliqué dans un texte avoir été choquée par cette présence.

"Il n'y a rien qui porte atteinte à l'ordre public puisque la femme avait le visage découvert conformément à la loi, mais c'est une atteinte à notre culture qui heurte", a ainsi écrit Nadine Morano. À côté de la photographie de la femme voilée, vue de dos, Nadine Morano a placé celle parue en Une du "Figaro Magazine", un ancien cliché de Brigitte Bardot en maillot de bain.

"Cette image d'une France fière de sa liberté des femmes m'a tout un coup frappée par le contraste avec celle de la femme voilée, décrit-elle. Lorsqu'on choisit de venir en France, État de droit, laïc (sic), on se doit de respecter notre culture et la liberté des femmes. Sinon, on va ailleurs !!"

Une stigmatisation ?

Ces propos ont déclenché une vive réaction de la part de l’Observatoire contre l’islamophobie qui a jugé ce billet "stigmatisant". "Est-ce que le fait de porter un voile sur la plage c'est ne pas respecter les lois de la République ?", a déclaré à l'AFP le président de l'Observatoire national contre l'islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri. Ce dernier rappelle que seul le voile intégral (niqab ou burqa) est proscrit en France dans l'espace public (rues, plages, etc.).

"C'est toujours la même qui se distingue à l'UMP... Il vaudrait mieux qu'elle se préoccupe de ce qui se passe dans son parti plutôt que de stigmatiser les femmes qui portent le voile", a ajouté M. Zekri, lui-même ancien membre de l'UMP, parti qu'il a quitté "après avoir senti monter des discours racistes et de haine".

La justice a suspendu la semaine dernière un règlement de la mairie UMP de Wissous (Essonne) interdisant le port de signes religieux sur l'opération estivale "Wissous plage", un mois après avoir déjà suspendu un règlement similaire.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.