Accéder au contenu principal

Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

La Guinée, très largement touchée par l'épidémie d'Ebola, jouera son premier match au Maroc.
La Guinée, très largement touchée par l'épidémie d'Ebola, jouera son premier match au Maroc. Sia Kambou, AFP

Confrontées à la propagation du virus Ebola en Afrique de l'Ouest, les autorités footballistiques continentales font face à un casse-tête. À l'approche des éliminatoires de la CAN-2015, plusieurs matches pourraient être délocalisés, voire annulés.

PUBLICITÉ

L’épidémie de la fièvre Ebola, qui ravage actuellement l'ouest du continent africain, impacte également le football. Début septembre se tiendront les éliminatoires de la CAN-2015 qui se doit se dérouler en janvier prochain, au Maroc. Mais face à la propagation du virus, qui a fait plus de 1 300 morts selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plusieurs pays ont déjà pris des dispositions, afin de ne pas faire du football un vecteur de transmission de la maladie.

À la fin du mois de juillet, la Fédération de football des Seychelles avait décidé de déclarer forfait pour le match qualificatif de sa sélection, prévu en Sierra Leone le 2 août, où au moins 374 individus sont décédés en raison de la fièvre.

Dans la foulée, le 4 août, la Fédération de Sierra Leone avait annoncé la suspension de toutes les rencontres prévues sur son territoire pour une durée minimum d'un mois.

> > À lire sur France 24 : Weah appelle Drogba, Eto’o et Touré à s’engager contre Ebola

Mi-août, la Confédération africaine de football (CAF) a pris les devants, décidant d’interdire les matches programmés en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone jusqu’à nouvel ordre.

Dans une circulaire transmise à ses 54 fédérations membres, l’instance footballistique africaine s’explique : "La CAF maintiendra ses calendriers de matches sur l’ensemble du continent africain, à l’exception de trois pays, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, ces derniers ayant enregistré un nombre de cas important".

La Confédération, qui explique avoir pris cette décision de concert avec l’OMS, précise qu’elle a demandé "aux trois fédérations de délocaliser dans un pays neutre les matches de leurs équipes participant aux compétitions de la CAF, et ce, pour une période allant jusqu’à la mi-septembre 2014", période durant laquelle une nouvelle évaluation de la situation doit être menée.

La Guinée au Maroc

Si pour le Liberia, déjà éliminé dans la course à la qualification pour la CAN-2015, l’impact de cette décision est limité, la Guinée et la Sierra Leone sont depuis confrontés à un véritable casse-tête.

Le 19 août, après plusieurs jours de tractations avec son homologue marocaine, la fédération guinéenne est tout de même parvenue à trouver un stade pour son premier match de poule, face au Togo (Groupe F), le 5 septembre. Un accord qui permettra aux joueurs du sélectionneur français Michel Dussuyer de recevoir leurs adversaires togolais au stade Mohammed V de Casablanca.

La Sierra Leone dans l’impasse

En revanche, pour la Sierra Leone, qui devait se rendre en Côte d’Ivoire le 6 septembre (Groupe D), l’équation semble plus complexe. Le 20 août, le ministère des Sports ivoirien a annoncé que le pays avait décidé d'interdire toutes les compétitions sportives sur son territoire "jusqu'à nouvel ordre", laissant à la CAF le soin de trouver un pays d’accueil pour la rencontre.

À deux semaines du coup d’envoi des éliminatoires, la Fédération ivoirienne de Football et la CAF n’ont toujours pas statué sur la tenue de la rencontre. Pour l’heure, difficile de savoir si elle sera maintenue – les autorités ivoiriennes ayant tempéré leur annonce initiale ces dernières heures – ou si elle sera délocalisée, voire annulée.

En parallèle, plusieurs jours durant, des négociations se sont tenues avec le Ghana, pour que la ville d’Accra accueille les matchs des Leone Stars. Mais sans succès jusqu’à présent.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.