Accéder au contenu principal

Au Lesotho, l’armée dément avoir mené un coup d’État

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane a accusé les militaires d'avoir mené une tentative de coup d'État le 30 août.
Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane a accusé les militaires d'avoir mené une tentative de coup d'État le 30 août. AFP

Le Premier ministre du Lesotho, petit royaume enclavé dans l'Afrique du Sud, a accusé samedi l’armée d’avoir mené une tentative de coup d’État. Une accusation réfutée par les militaires.

Publicité

Le Lesotho, petit royaume d’Afrique australe, est-il en proie à un coup d’État ? Difficile à dire pour le moment tant la situation reste confuse. Le Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane, a accusé samedi 30 août l'armée de son pays d'avoir mené une tentative de coup d'État, une accusation que les militaires ont démenti affirmant que les soldats avaient réintégré leurs casernes.

Des coups de feu ont été entendus dans la nuit de vendredi à samedi à Maseru, la capitale. "Nous avons contacté des habitants qui affirment que les rues sont vides et les militaires partout", raconte Caroline Dumay, correspondante de France 24 en Afrique du Sud. Des unités de l'armée ont occupé le quartier général de la police, fidèle à Thomas Thabane, et encerclé la résidence du chef du gouvernement, ont rapporté des témoins et des diplomates. "Il s'agit d'un coup d'État militaire parce que cela était organisé par des soldats. L'armée n'obéissait plus aux instructions de son commandant en chef qui est moi-même", a expliqué Thomas Thabane à la chaîne de télévision sud-africaine Enca.

Le Premier ministre a ensuite affirmé à la BBC qu'il avait quitté le pays. "J'ai été évincé non par le peuple mais par les forces armées et c'est illégal", a déclaré Thomas Thabane. "Je suis arrivé en Afrique du Sud ce matin et je ne repartirai que lorsque ma vie ne sera plus en danger".

Les militaires ont rejoint leurs casernes

À la mi-journée, Maseru, la capitale a retrouvé le calme. "Ils ont quitté le QG de la police et sont rentrés dans leur caserne. Ils ont saisi tous les véhicules de police", a déclaré à l'AFP le ministre des Sports Thesele Maseribane, "ils ont aussi quitté la résidence du Premier ministre".

Un peu plus tôt, il avait raconté avoir réussi à fuir après avoir été prévenu. "Le chef a dit qu'il me cherchait, qu'il cherchait le Premier ministre et le vice Premier ministre pour nous conduire chez le roi. Dans notre pays, cela signifie un coup d'État", a-t-il dit sans préciser où il se trouvait. "Le Premier ministre et moi-même, et tous les ministres, nous sommes sains et saufs".  

 
Lesotho, royaume de 30 000 km2 enclavé en Afrique du Sud.
Lesotho, royaume de 30 000 km2 enclavé en Afrique du Sud. FRANCE 24
Une monarchie parlementaire instable

Des rumeurs de putsch circulaient dernièrement dans cette monarchie parlementaire, enclavée en Afrique du Sud. Formé en grande partie de hauts plateaux pauvres, ce petit pays de deux millions d’habitants, est gouverné par une fragile coalition depuis les dernières élections qui ont eu lieu en 2012.

Les partenaires ont frôlé un éclatement de leur alliance en juin mais sont parvenus à un accord qui a éloigné - du moins temporairement - une crise majeure ou le risque d'un coup d'État militaire qui avait inquiété l'Afrique du Sud. Des médiateurs avaient cependant exprimé des doutes sur la solidité de la coalition, estimant qu'elle ne durerait pas jusqu'aux prochaines élections prévues en 2017.

"Le gouvernement est très fragile. Le parti d’opposition, qui réclame des réformes depuis des mois, devait organiser une grande manifestation lundi prochain. La situation actuelle est-elle liée à la fragilité politique de cette monarchie ?" s’interroge Caroline Dumay.

 
Avec AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.