Accéder au contenu principal
UKRAINE

Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

La patrouille des garde-côtes ukrainiens à Marioupol, le 31 juillet 2014
La patrouille des garde-côtes ukrainiens à Marioupol, le 31 juillet 2014 Alexander Khudoteply, AFP
3 mn

Les combats se concentrent autour de Marioupol dans le sud-est de l’Ukraine. Un navire ukrainien a essuyé des tirs dimanche près du port de la ville, qui se situe à un point stratégique pour les rebelles pro-russes.

Publicité

Un navire des gardes-côtes ukrainiens a été la cible de tirs, dimanche 31 août, près du port ukrainien de Marioupol au sud-est du pays sur les bords de la mer d'Azov, dans la région séparatiste de Donetsk, a annoncé le porte-parole de l’armée ukrainienne Andriy Lysenko.

D’après un porte-parole des garde-côtes interrogé par l’AFP, "Les tirs ont eu lieu près de 15 h (12 h GMT)". Le navire aurait été attaqué " depuis la côte" a précisé à Reuters Andriy Lysenko, qui a ajouté " L’artillerie a été utilisée. Une opération de secours est en cours ".

Selon l’envoyé spécial de France 24 à Marioupol, Gulliver Gragg, trois des membres de l’équipage auraient été hospitalisés dimanche.

Les rebelles pro-russes ont dit ces derniers jours se préparer à une nouvelle grande offensive contre les forces gouvernementales dans l'est de l'Ukraine, visant particulièrement le port stratégique de Marioupol, situé à près de 100 km au sud de leur bastion de Donetsk. La prise de Marioupol permettrait aux pro-russes de relier l’Est de l’Ukraine à la Crimée.

"Nous y entrerons dans un avenir proche", avait prévenu le "Premier ministre" de la République populaire autoproclamée de Donetsk (DNR), Alexandre Zakhartchenko.

Marioupol se prépare à la guerre

"Il s’agit de la première attaque naval de ce conflit", explique Gulliver Gragg. "Mais ce que craignent le plus les habitants ici à Marioupol, ce serait une attaque par l’Est, qui n’a pas encore eu lieu", ajoute-t-il.

Pendant ce temps, les habitants de Marioupol se préparent donc à l’éventualité d’une attaque au sol tant redoutée. À la Maison de la culture et de la jeunesse de la ville, des militants pro-ukrainiens ont organisé dimanche une réunion "pour apprendre aux habitants les réflexes à adopter en cas de bombardement de la ville, quand se cacher, ou s'abriter", explique Denis Gavrilov, de l'association "Marioupol unie".

Dans la campagne alentour, vers les positions séparatistes à l'est, un journaliste de l'AFP a vu des combattants loyalistes, notamment des volontaires du bataillon Azov, mais aucun blindé ou matériel. Des blocs de béton ont été placés sur l'une des routes conduisant à la ville, et des tranchées ont été creusées, destinées à gêner une éventuelle incursion des chars des séparatistes.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.