LESOTHO

Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

Le Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane.
Le Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane. Alexander Joe, AFP

Après un coup de force de l'armée samedi, le Premier ministre du Lesotho, qui avait fui en Afrique du Sud, est en route pour rentrer dans son pays mardi. Le Parlement du pays va aussi être rétabli, annonce l'organisation régionale SADC.

Publicité

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane, qui avait fui en Afrique du Sud pour échapper à un coup de force militaire, a repris lundi 1er septembre la route de son pays. "Nous rentrons au pays maintenant. Nous serons très probablement au Lesotho demain (mardi). Nous allons dormir en route en Afrique du Sud", a déclaré à l'AFP le conseiller de Thomas Thabane, Samonyane Ntsekele, qui l'avait accompagné dans sa fuite samedi.

De son côté, l'organisation régionale d'Afrique australe, la SADC (Southern African Development Community) a annoncé lundi l'envoi d'observateurs. Elle a aussi fait état d'un accord sur une feuille de route pour rétablir le Parlement, que le Premier ministre avait suspendu en juin afin d'éviter une motion de censure.

"La SADC s'est mise d'accord pour déployer en urgence une équipe d'observateurs politique, de défense et de sécurité", selon un communiqué, tandis que "les leaders de la coalition gouvernementale ont accepté (...) une feuille de route prévoyant des étapes claires pour conduire à la levée de la suspension du Parlement".

Le chef des forces armées remplacé

Ce petit pays d'Afrique australe est dans la confusion depuis samedi, jour du coup de force qualifié de "coup d'État" par le Premier ministre. L'armée s'était déployée à Maseru, la capitale, pour encercler sa résidence et plusieurs postes de police. 

Le Premier ministre avait décidé un peu plus tôt de remplacer le chef des forces armées, le général Tlali Kamoli, soupçonné d'avoir comploté contre lui, par le général Maaparankoe Mahao. Celui-ci a alors été victime d'une tentative d'assassinat la nuit même du coup de force. 

Une crise couvait depuis un moment, alors que le Premier ministre est très contesté pour son autoritarisme.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine