Accéder au contenu principal
SOCIAL

États-Unis : des employés de fast-foods arrêtés après des manifestations

Des manifestants emmenés par la police sur la 8e rue, à New York, jeudi.
Des manifestants emmenés par la police sur la 8e rue, à New York, jeudi. Compte Instagram de la_davis
3 mn

Des dizaines d'employés de la restauration rapide ont été arrêtés, jeudi à New York et à Los Angeles, suite à des manifestations suivies dans plusieurs villes du pays. Les protestataires réclament de meilleurs salaires et le droit de se syndiquer.

Publicité

Les employés de fast-foods américains veulent se faire entendre. Quarante-quatre personnes ont été arrêtées, jeudi 4 septembre à New York et à Los Angeles, après des manifestations de salariés de la restauration rapide. Lors de cette journée nationale de grève, ils ont exigé une augmentation de salaire et la possibilité de se syndiquer.

Sur la célèbre place new-yorkaise de Times Square, "il y a eu 19 arrestations pour désordre public quand (ces individus) ont fait entrave à la circulation routière", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la police de New York. Un autre porte-parole a fait état en fin d'après-midi de "15 arrestations supplémentaires", sans préciser à quel endroit exact elles avaient eu lieu.

La manifestation a rassemblé une centaine de personnes à New York, dont une vingtaine s'étaient assises à même le sol, les bras liés les unes aux autres, devant un restaurant de la chaîne McDonald's en plein Times Square.

Du côté de Los Angeles, on dénombre 10 arrestations "pour avoir refusé de se disperser" à la fin de la manifestation.

Pour un doublement du salaire horaire

Ces employés réclament un salaire de 15 dollars de l'heure, soit plus du double du salaire minimum actuel de 7,25 dollars appliqué par de nombreuses enseignes de la restauration rapide. Ils demandent aussi la possibilité de se réunir en syndicats, sans subir de représailles en retour.

Des grèves et mobilisations ont eu lieu jeudi 4 septembre dans plus de 150 villes des États-Unis, dont Chicago et Detroit (nord), Miami (sud-est), Denver (ouest) ou encore Los Angeles (ouest). Les organisateurs ont toutefois annoncé qu'ils avaient annulé des grèves dans la région de Saint-Louis (Missouri, centre), après les émeutes raciales survenues dans la banlieue de Ferguson.

Le mouvement de protestation des employés de fast-foods a démarré à New York en novembre 2012 avant de s'étendre plus largement, mais son impact hors des États-Unis est resté limité.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.