Accéder au contenu principal
FRANCE

L'Hermione, la frégate de La Fayette, se jette à l'eau

L'Hermione s'élancera sur les traces du marquis de La Fayette en avril 2015.
L'Hermione s'élancera sur les traces du marquis de La Fayette en avril 2015. Xavier Leoty, AFP
4 mn

La réplique du navire de La Fayette s'apprête à prendre le large pour la première fois. L'Hermione part pour une campagne d'essais en mer de deux mois entre son port de Rochefort et la Bretagne, avant de traverser l'Atlantique.

Publicité

Après 17 ans de travaux, c’est le grand jour pour la réplique de l'Hermione, la frégate sur laquelle La Fayette rallia les insurgés américains en 1780. À l’issue d’un chantier titanesque, le bateau pourra voguer, dimanche 7 septembre, dans les eaux de l’Atlantique.

Il aura fallu 22 ans pour reproduire la frégate sur les lieux exacts où son modèle est né, une forme de radoub (cale sèche) du XVIIe siècle en bordure de la Charente. "Le projet de l’Hermione, ce sont deux choses indissociables : la reconstruction la plus fidèle possible d’un élément du patrimoine et le rêve de le faire naviguer pour refaire le voyage de La Fayette", raconte Benedict Donnelly, président de l’association Hermione, qui compte 8 000 membres. "C'est une étape importante : faire naviguer l'Hermione en mer, on ne l'a jamais fait !", s’enthousiasme-t-il.

Départ pour les États-Unis en avril 2015

Sorti dans la nuit de samedi à dimanche de sa cale de construction pour rejoindre le port de commerce de Rochefort le trois-mâts s'élancera pour son premier voyage en direction de l'île d'Aix, au large des côtes de Charente-Maritime.

Des dizaines de milliers de spectateurs pourront saluer le bateau sur son passage, lorsqu'il descendra la Charente au moteur, avant de goûter, au bout de l'estuaire, aux eaux de l'océan Atlantique.

Ce n'est pas encore le grand départ pour les Amériques, mais la sortie du trois-mâts au large de la Vendée est un premier aboutissement pour ce défi lancé en 1997 par quelques passionnés : reconstruire l'Hermione à l'identique, en faisant revivre l'arsenal et les métiers de l'époque.

L'Hermione partira sur les traces de Gilbert du Motier, marquis de La Fayette, en avril 2015. Et au retour de son voyage américain, à la mi-août 2015, le navire retrouvera son bassin de Rochefort et ses visiteurs. Des visites nécessaires pour assurer l’entretien du navire et de son équipage permanent, qui nécessitera chaque année de 0,8 à 1 million d’euros.

Un budget de 25 millions d’euros

En 17 ans, la construction du navire, de 65 mètres de long et 47 de haut, a mobilisé des artisans venus de France, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne et Suède, ainsi que des dizaines de bénévoles. Les plans du navire ayant disparu, il a fallu rechercher ceux du "navire-jumeau" de l'Hermione et travailler sur la base des rares peintures de la frégate, coulée en 1793.

Tout cela pour un budget de 25 millions d'euros, financé notamment par les 4,2 millions de visiteurs venus découvrir le chantier dans la ville-arsenal.

En 1780, il avait fallu 38 jours au jeune marquis de 23 ans pour traverser l'Atlantique et annoncer aux insurgés américains le soutien de la France contre les troupes de la Couronne britannique. Il avait alors reçu de George Washington le commandement des troupes de Virginie, scellant son destin de héros de l'Indépendance américaine.

 Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.