Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI

Immigration clandestine : Londres offre à Calais des "clôtures de sécurité"

Ces clôtures d’acier hautes de 3 mètres sur plus de 20 kilomètres ont servi à assurer la sécurité des chefs d’État lors du sommet de l’Otan.
Ces clôtures d’acier hautes de 3 mètres sur plus de 20 kilomètres ont servi à assurer la sécurité des chefs d’État lors du sommet de l’Otan. Carl Court, AFP
3 mn

Face à l'afflux croissant de migrants qui tentent par tous les moyens de franchir la Manche, le ministre britannique de l'Immigration a offert à Calais les clôtures utilisées pour assurer la sécurité au sommet de l’Otan à Newport.

Publicité

"Je peux prendre la décision de bloquer le port [de Calais] ! Ce serait illégal, mais je veux aujourd'hui un geste fort des Britanniques." Ce message de la maire de Calais, Natacha Bouchart, semble avoir traversé la Manche. Dans un éditorial publié dimanche 7 septembre par le "Daily Telegraph", le ministre britannique de l’Immigration a en effet offert son "aide" à la ville française pour sécuriser son port et endiguer le flux de migrants illégaux, qui tentent chaque jour d'atteindre l'eldorado.

"Je veux envoyer un message très clair des deux côtés de la Manche : le Royaume-Uni n’est pas laxiste concernant l’immigration clandestine", soutient James Brokenshire. "Demain […], nous offrirons à nos partenaires français les clôtures utilisées cette semaine pour assurer la sécurité au sommet de l’Otan à Newport."

Ces clôtures d'acier "pourraient remplacer et élargir les barrières inadéquates à Calais, qui sont trop faciles à escalader pour les immigrants illégaux." Hautes de trois mètres sur plus de 20 kilomètres de long, les clôtures britanniques ont servi à assurer la sécurité de Barack Obama et des 150 autres chefs d’État lors du sommet de l’Otan au Pays de Galles.

De 1 400 à 1 500 migrants à Calais

Une âme généreuse combinée à un beau geste de recyclage ? Par cette "aide", le ministre entend surtout permettre à Calais de lutter contre le flux de migrants qui arrive outre-Manche et devient un problème franco-britannique.

Et James Brokenshire de conclure : "Il revient toutefois aux Français d’assurer la sécurité dans ses ports et l’ordre public sur son propre territoire".

Le nombre de migrants présents à Calais, qui pour la très grande majorité d'entre eux souhaitent passer en Angleterre, a explosé depuis le début de l'année. Ils seraient autour de 1 400 à 1 500 migrants, selon les évaluations des autorités, et les tensions ne cessent de s'intensifier.

>> À voir sur les Observateurs : "Vidéo : des migrants bravent la mort pour quitter Calais"

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.