Accéder au contenu principal
DIPLOMATIE

Les pays arabes s'accordent pour agir contre l'État islamique

Le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.
Le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi. Yasser Al-Zayyat, AFP
2 mn

Les représentants de la Ligue arabe se sont mis d’accord, dimanche, pour lutter ensemble contre les jihadistes de l'organisation de l’État islamique et coopérer avec toutes les initiatives internationales et régionales pour combattre le mouvement.

Publicité

Les pays arabes prêts à affronter main dans la main les jihadistes de l'organisation de l'État islamique (EI) ? C’est ce qu’a annoncé, dimanche 7 septembre, le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, à l'issue d'une réunion ministérielle de cette organisation au Caire.

"Les ministres des Affaires étrangères des pays arabes se sont mis d'accord pour prendre les mesures nécessaires pour affronter les groupes terroristes y compris l'État islamique", a affirmé Nabil al-Arabi, déclarant que le mouvement jihadiste ne menaçait pas seulement l'autorité de l'État irakien, mais "son existence même, tout comme celle d'autres États". Les représentants ont également fait savoir qu’ils entendaient coopérer à toutes les initiatives internationales, régionales et nationales pour combattre le mouvement qui tient une partie de l'Irak et de la Syrie.

Dans le communiqué final de cette réunion, les représentants de la Ligue arabe reprennent par ailleurs à leur compte la résolution adoptée le mois dernier par le Conseil de sécurité de l'Onu qui appelle les États membres de l'organisation à faire cesser l'afflux d'armes, de matériel et de fonds destinés aux jihadistes de l'EI.

Si le texte ne fait apparemment aucune référence au projet de coalition internationale initié par les États-Unis, les ministres devaient approuver les raids américains contre le mouvement, d’après des sources diplomatiques, et proposer des actions coordonnées.

Bagdad avait auparavant proposé un projet de résolution exprimant un soutien aux initiatives de l'armée irakienne et condamnant l'EI pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.