Accéder au contenu principal

Nemmouche prévoyait un attentat à Paris, le parquet ne confirme pas

AFP

Mehdi Nemmouche, le tueur présumé du Musée juif de Bruxelles, avait l'intention de commettre un attentat à Paris, le 14 juillet, révèle "Libération" lundi. Le parquet précise qu'"aucun procès verbal d'audition" ne confirme cette information.

Publicité

C’est une révélation qui fait froid dans le dos. Medhi Nemmouche, le tueur présumé du Musée juif de Bruxelles, se serait vanté de vouloir perpétrer un attentat le 14 juillet à Paris "façon Merah", indique "Libération", dans son édition du lundi 8 septembre. Le parquet de Paris a précisé de son côté qu'"aucun procès verbal d'audition, ni aucun acte d'enquête" ne confirmait cette information.

>> À lire sur "Libération" : "Je vais faire cinq fois Merah au 14 Juillet"

Le quotidien, qui a eu accès aux procès-verbaux des quatre ex-otages en Syrie, Didier François, Nicolas Hénin, Pierre Torrès et Edouard Elias, révèle que Mehdi Nemmouche prévoyait de mettre en place "un projet d’action terroriste d’envergure : "[son] objectif était de commettre un attentat à Paris pendant le défilé du 14 Juillet", écrit la journaliste Patricia Tourancheau. 

"Le projet existait [...] Cette information a été prise très au sérieux par les différents services de renseignement", s'est justifiée la journaliste de "Libération" interrogée par France Info. "En revanche, le parquet de Paris signale que cette audition n'est pas versée à l'enquête préliminaire ouverte pour enlèvement et séquestration en relation avec une entreprise terroriste. Cette information figure, en fait, ailleurs. Il n'empêche que Mehdi Nemmouche avait l'intention, affichée en tous cas, de commettre un attentat 'Merah puissance cinq' sur les Champs-Élysées, le 14 juillet".

"Il avait une obsession : dépasser Merah"

Le jihadiste français, ayant séjourné en Syrie et ayant participé aux actions de l'organisation de l'État islamique (EI, ex-EIIL) était l’un des geôliers des quatre journalistes enlevés dans le pays en juin 2013, avait révélé le quotidien "Le Monde" samedi. Il se serait ainsi félicité devant eux de vouloir commettre une "attaque à la Merah puissance cinq" en faisant référence au jeune Toulousain qui avait tué sept personnes en mars 2012 à Toulouse et Montauban. "Je vais faire cinq fois Merah au défilé du 14-Juillet", aurait-il déclaré.

L'intervention de Didier François sur Europe 1

L'ex-otage Didier François a confirmé lundi matin, sur Europe 1, qu'il avait l'intime conviction et la certitude que Nemmouche avait été son geôlier. "Pendant notre détention, il avait une espèce d'obsession antisémite, une obsession à vouloir imiter ou dépasser Merah qui était en fait son modèle", a-t-il indiqué, précisant que l'homme se décrivait lui-même comme un "jeune criminel transformé en nettoyeur ethnique".  

Les quatre ex-otages ont tous été entendus par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) durant la garde à vue de Nemmouche, entre le 30 mai et le 2 juin. D'après le journal "Le Monde", Nemmouche n'aurait été qu'un exécutant de base de l'organisation de l'État islamique, chargé par l'EI de surveiller les otages occidentaux, selon certains témoins. Il aurait, néanmoins, fait preuve d'une grande brutalité.

Ce Franco-Algérien de 29 ans est aujourd'hui accusé d'un quadruple homicide au Musée juif de Bruxelles. Il a été arrêté le 30 mai à Marseille à la descente d’un car en provenance de Belgique, avant d'être remis fin juillet aux autorités belges.

Malgré son arrestation, les services de police ont redoublé de vigilance avant le défilé du 14-Juillet. Par précaution, ils ont "pisté d'hypothétiques complices de Nemmouche capables de concrétiser sans lui" un attentat le jour de la fête nationale et ont "renforcé considérablement la sécurité des personnalités et des sites" ce jour-là à Paris, affirme encore "Libération".

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.