IRAK

En Irak, François Hollande promet davantage d'aide pour lutter contre l’EI

Francois Hollande rencontre des réfugiés au camp Ainkawa, le 12 septembre.
Francois Hollande rencontre des réfugiés au camp Ainkawa, le 12 septembre. Alain Jocard, AFP

En déplacement à Bagdad et à Erbil, François Hollande a affirmé vendredi que la France allait se pencher sur une aide militaire à apporter à l'Irak. Le président français a par ailleurs annoncé l'instauration d'un pont humanitaire pour les réfugiés.

Publicité

En déplacement à Bagdad, François Hollande a promis au gouvernement irakien, vendredi 12 septembre, que la France augmenterait son aide militaire pour lutter contre l'État islamique, estimant que le terrorisme "menaçait l’Europe".

Lors d’une conférence menée aux côtés de son homologue irakien, Fouad Massoum, François Hollande n’a cependant pas souhaité précisé la nature de cette aide, indiquant que les décisions seraient prises "le moment venu".

La stratégie globale de lutte contre EI doit être validée lundi 15 septembre, lors d'une conférence internationale à Paris. Parmi les options qui seront sur la table, figureront l’élimination des sources de financement, d'approvisionnement ou de recrutement de jihadistes, le contrôle des frontières et la formation de l'armée irakienne.

Pont humanitaire pour les réfugiés

Plus tard dans la journée, le chef d’État, accompagné des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian, s’est rendu à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, où il a annoncé l'établissement "d'un véritable pont humanitaire" pour les réfugiés irakiens qui souhaitent quitter leur pays.

"Nous allons traiter les cas les plus douloureux des familles qui ont des liens avec la France qui veulent venir pour un temps se réfugier auprès de leurs proches", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Notre devoir, c'est de pouvoir vous faire rentrer chez vous", a-t-il dit à des réfugies chrétiens dans un camp situé dans le quartier Ainkawa."

Des associations accusent le gouvernement de ne délivrer qu'au compte-goutte les visas pour la France promis aux réfugiés mais certains hommes politiques s'opposent à un accueil massif en France de chrétiens d'Irak et d'Orient.

Livraison d'armes "décisives" aux peshmergas

Par ailleurs, François Hollande s'est félicité du fait que les livraisons d'armes effectuées par la France aux peshmerga kurdes qui combattent les jihadistes dans le nord de l'Irak avaient été "décisives" pour inverser le rapport de forces.

"J'ai décidé d'acheminer les moyens nécessaires, je constate que vous en avez fait le meilleur usage. Ces livraisons ont été décisives pour inverser le rapport de forces", a-t-il déclaré.

Au cours des dernières semaines, la France a livré à "deux-trois" reprises des armes aux Kurdes irakiens, selon une source française.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine