Accéder au contenu principal

Polynésie : Edouard Fritch, dauphin de l’inéligible Gaston flosse, élu président

Edouard Fritch, avant son élection à la présidence de la Polynésie française, le 21 juillet 2014.
Edouard Fritch, avant son élection à la présidence de la Polynésie française, le 21 juillet 2014. Gregory Boissy, AFP

Edouard Fritch, ex-gendre et dauphin de Gaston Flosse, a été élu vendredi président de la Polynésie française pour succéder au "vieux lion" frappé d'inéligibilité. L'homme politique de 62 ans aura a gérer une importante crise économique et sociale.

Publicité

C’était une élection annoncée. Edouard Fritch, dauphin de Gaston Flosse, a été élu vendredi 12 septembre pour remplacer ce dernier au poste de président de la Polynésie française. L’homme de 62 ans succède à son mentor, homme fort de la politique locale depuis 30 ans, qui a perdu son mandat le 5 septembre, après une condamnation à trois ans d'inéligibilité dans une affaire d'emplois fictifs.

Edouard Fritch, ex-gendre de Gaston Flosse, est le numéro 2 du Tahoera’a Huiraatira, le parti présidé par le "vieux lion", comme on l'appelle en Polynésie. Gaston Flosse avait annoncé à plusieurs reprises qu'Edouard Fritch lui succèderait. Cette élection n'était pas une surprise, le Tahoeraa contrôlant une large majorité de 38 sièges sur 57 à l'assemblée de la Polynésie française.

Edouard Fritch a ainsi obtenu 46 voix, contre 10 pour son adversaire indépendantiste Richard Tuheiava, du principal parti d’opposition, le Tavini d’Oscar Temaru. Richard Tuheiava, sénateur (apparenté PS), savait qu'il ne pourrait être élu, mais a profité de son discours pour tirer à boulets rouges sur le bilan de Gaston Flosse, élu en mai 2013.

Rompu à tous les exercices "diplomatiques"

Edouard Fritch était jusqu'alors président de l'Assemblée de la Polynésie française. Il a été à plusieurs reprises ministre du gouvernement polynésien. Né le 4 janvier 1952, diplômé de l'école des ingénieurs de la Ville de Paris, pour laquelle il a brièvement travaillé, Edouard Fritch, à son retour en Polynésie, a rejoint très tôt les rangs du Tahoera'a Huiraatira.

En 1984, alors âgé de 32 ans seulement, il intègre le premier gouvernement Flosse en tant que ministre de l'Équipement. Nommé vice-président en 1995, il apparaît depuis cette date comme l'héritier légitime de Gaston Flosse, un statut renforcé par sa réélection en mars dernier à la mairie de la ville de Pirae, dont Flosse fut lui-même le maire.

Élu deux fois député de la République française, en 1986 sous les couleurs du RPR puis en 2012 sous l'étiquette UDI - il a démissionné de ce mandat après sa victoire aux municipales -, Edouard Fritch est rompu à tous les exercices "diplomatiques" entre la Polynésie française et la métropole.

L'ombre de Gaston Flosse

Sur le plan judiciaire, il a parfois été mêlé à des affaires dans lesquelles Gaston Flosse était impliqué, mais n'a jamais été condamné.

À l'heure où il lui succède, la question se pose cependant de savoir si Gaston Flosse, qui reste à 83 ans à la tête du Tahoera'a, lui laissera toute la liberté de manœuvre qu'il lui a promise pour gouverner après lui. Après son élection, ses premiers mots ont été des remerciements, en tahitien... pour Gaston Flosse.

Le nouveau président polynésien devrait annoncer mardi la composition de son gouvernement. Gaston Flosse souhaite qu'il conserve la plupart de ses ministres, car il estime qu'ils ont "bien travaillé". Edouard Fritch devra toutefois affronter une grave crise économique et sociale.

Le "vieux lion" n'a pas exclu de se présenter aux prochaines élections territoriales, en 2018, après avoir purgé sa peine d'inéligibilité. Il aura alors 86 ans.

Avec AFP et Reuters

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.