Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : les signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"W'ere in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des gilets jaunes : L'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

Asie - pacifique

L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

© Saeed Khan, AFP | Quinze personnes ont été interpellées lors d'une vaste opération anti-terroriste en Australie, jeudi 18 septembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/09/2014

En Australie, un vaste coup de filet a conduit à l’interpellation de 15 personnes soupçonnées de préparer des meurtres pour le compte de l’Organisation de l'État islamique. Les suspects prévoyaient notamment de filmer la décapitation d'un civil.

L'Australie a annoncé, jeudi 18 septembre, avoir arrêté 15 personnes et déjoué des assassinats sur son sol projetés par des jihadistes de l'Organisation de l'Etat islamique (EI).

Ces opérations, menées par plus de 800 policiers dans des banlieues de Sydney et Brisbane, ont été décidées après l'interception du message d'un "Australien apparemment assez haut placé au sein de l'EI". Ce dernier exhortait "les réseaux de soutien en Australie" à y perpétrer des "meurtres" spectaculaires, a annoncé le Premier ministre Tony Abbott.

"La police estime que le groupe contre lequel nous avons lancé cette opération aujourd'hui (jeudi) avait l'intention et avait commencé à planifier des actes de violence ici en Australie", a indiqué le chef de la police fédérale, Andrew Colvin. "Ces actes de violence consistaient notamment en des attaques aveugles contre des civils", a-t-il ajouté.

Selon la télévision publique ABC, les suspects prévoyaient d'enlever un civil au hasard à Sydney, de l'envelopper dans un drapeau de l'Etat islamique et de le décapiter devant une caméra.

La police s'est refusée dans l'immédiat à confirmer cette information.

"Menace très réelle"

Ce coup de filet - le plus grand jamais organisé en Australie - survient une semaine à peine après que Canberra a relevé son niveau d'alerte face à la menace terroriste représentée par les combattants australiens de l'EI de retour du Moyen-Orient.

Une soixantaine de ressortissants australiens combattent dans les rangs jihadistes en Irak et en Syrie, et une centaine fournissent, depuis l'Australie, un soutien actif aux mouvements sunnites radicaux, selon les services de sécurité du pays.

"Ces gens-là, je regrette de le dire, ne nous haïssent pas pour ce que nous faisons, ils nous haïssent pour ce que nous sommes et la façon dont nous vivons", a affirmé Tony Abbott.

Pour le ministre de l'Immigration Scott Morrison, qui siège au conseil national de sécurité, l'opération de jeudi fait la preuve de "la menace très réelle" à laquelle l'Australie est confrontée et "justifie la réponse musclée du gouvernement".

L'Australie est fortement engagée aux côtés des Américains dans la lutte contre les combattants islamistes, avec la livraison de matériel militaire, d'armes, de munitions ainsi que d'aide humanitaire par l'aviation. Canberra va en outre déployer 600 militaires - dont 400 personnels de l'armée de l'Air - aux Émirats arabes unis (EAU).

La semaine dernière, deux hommes soupçonnés d'être des recruteurs pour le jihad avaient été arrêtés à l'issue de la perquisition d'un centre islamique à Brisbane. Mercredi, un bureau de transfert de fonds, soupçonné de servir au financement de l'EI, a été fermé.

Avec AFP

Première publication : 18/09/2014

  • IRAK

    Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Irak

    EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)