Accéder au contenu principal

Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

Le Qatar a été désigné, en 2010, organisateur de la Coupe du monde de football en 2022.
Le Qatar a été désigné, en 2010, organisateur de la Coupe du monde de football en 2022. Fabrice Coffrini, AFP

L’Allemand Theo Zwanziger, membre du comité exécutif de la Fifa, a déclaré lundi que "la Coupe du monde 2022 n'aurait pas lieu au Qatar" notamment à cause de la forte chaleur estivale. La Fifa a pris ses distances avec ces déclarations.

Publicité

Nouveau rebondissement dans l’attribution controversée de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar. Lundi 22 septembre, un membre allemand du comité exécutif de la Fifa, Theo Zwanziger, a déclaré que le Qatar allait perdre l'organisation du Mondial-2022, dans une interview à "Sport Bild Plus". "Je crois qu'au final la Coupe du monde 2022 n'aura pas lieu au Qatar", a dit l'ancien président de la Fédération allemande de football.

Selon lui, l'extrême chaleur estivale dans ce pays du Golfe fait courir des risques aux joueurs comme aux supporters. "Les médecins disent, et j'avais insisté sur ce point dans le protocole, qu'ils ne peuvent pas garantir qu'une Coupe du monde puisse se tenir en été dans ces conditions", poursuit-il.

Si des techniques de refroidissement des stades sont possibles, "la Coupe du monde ne concerne pas seulement les stades. Il y a aussi des supporters qui viennent des quatre coins du monde et qui seront concernés par la chaleur", rappelle-t-il. "Le premier incident mettant la vie en danger ferait l'objet d'une enquête. Et ça, personne au comité exécutif de la Fifa ne voudrait y répondre", souligne Theo Zwanziger.

L’instance internationale du football a immédiatement pris ses distances avec les déclarations de ce responsable : "Comme le dit lui-même M. Zwanziger, c'est son avis personnel", a répondu la Fifa à l'agence sportive Sid.

Une Coupe du monde en hiver ?

Sans remettre forcément en question l’attribution de ce Mondial-2022 au Qatar, il semblerait que la Fifa penche davantage pour faire jouer la compétition en hiver, quand les températures sont plus clémentes. Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa, avait d’ailleurs affirmé en janvier dernier que "cela se jouera entre le 15 novembre et le 15 janvier au plus tard".

Et même le président Sepp Blatter semble s’être rallié à cette idée : "Je serais très surpris, et même plus, si le comité exécutif n'acceptait pas le principe que l'on ne peut pas jouer l'été au Qatar", expliquait-il l’an dernier. Toutefois cette solution d'un Mondial organisé en hiver est loin de faire l'unanimité chez les responsables des championnats européens, qui devront revoir tout le calendrier de la saison de football.

Le Qatar fait également l'objet de vives critiques de la part d'organisations de défense des droits de l'Homme et de syndicats qui dénoncent des abus et de mauvaises conditions de travail pour les étrangers employés sur les chantiers de construction des stades.

Le riche émirat gazier doit également faire face à des soupçons de corruption dans l'attribution du Mondial-2022 en 2010, après que le "Sunday Times" a assuré début juin être en possession de milliers de courriels et d'autres documents attestant de présumés versements d'argent effectués par Mohamed Bin Hammam, membre exécutif de la Fifa pour le Qatar.

La Commission d'éthique de la Fifa devrait d'ailleurs annoncer, début 2015, les résultats d'une enquête sur l'attribution controversée des Mondiaux 2018 à la Russie et 2022 au Qatar.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.