Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les plus pauvres paient pour satisfaire les préférences politiques des plus riches"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le Parti travailliste accusé d'antisémitisme

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans les coulisses du Moulin Rouge

En savoir plus

L’invité du jour

Sobel Aziz Ngom : "Si chacun fait sa part, à sa manière, on pourra équilibrer ce qu'on a en commun"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Shinzo Abe, la passe de trois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les appartements fantômes de Caracas

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Theresa May humiliée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

Economie

Droit à l’oubli : les questions qui chiffonnent Google

© g4ll4is, Flickr | Les requêtes soumises à Google pour faire désindexer certains résultats ont explosé en quelques mois.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/09/2014

Depuis la reconnaissance en Europe d’un droit à l’oubli sur Internet, Google a reçu plus de 140 000 requêtes. Pour y faire face, le groupe organise des tables rondes avec des experts. L’une d’entre elles se déroulait, jeudi, à Paris.

C’est un attelage hétéroclite de personnalités de premier plan qui s’est retrouvé à Paris, jeudi 25 septembre. Qu’ont, en effet, en commun une ancienne ministre de la Justice allemande, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, le vice-président de Google en charge des questions juridiques, David Drummond, ou encore l’ancien rapporteur spécial de l’ONU pour la promotion et la protection de la liberté d’expression, Frank La Rue ?

Ces personnalités, et d’autres, font partie du comité consultatif établi par Google pour réflechir à la meilleure manière d’appliquer la décision de mai 2014 de la justice européenne relative au "droit à l’oubli". En vertu de ce jugement, n’importe quel internaute européen peut demander à Google de désindexer, en Europe, des liens de son moteur de recherche pointant vers des contenus qui lui portent préjudice et ne seraient plus pertinents. Ce n’est donc pas un vrai droit à l’oubli, mais plutôt un droit au déréférencement : le lien disparaît de Google, principal outil pour retrouver les informations sur le Net, mais les pages en question continuent à exister.

Depuis cette décision, Google a reçu plus de 140 000 requêtes sur le Vieux continent et a accepté la moitié d’entre elles. Le géant américain s’est donc retrouvé du jour au lendemain juge de la pertinence de tel ou tel contenu. Un rôle que le groupe américain rechigne à embrasser. C’est pourquoi il s’est entouré d’une dizaine de personnalités pour réflechir à la mise en musique de la décision européenne.

Ce panel fait, actuellement, le tour d’Europe à la rencontre d’experts des nouvelles technologies pour rédiger à un rapport sur les questions posées par la décision de la Cour européenne de justice. C’est dans ce cadre qu’ils ont fait halte à Paris, après Rome et Madrid.

Le même jour, Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a expliqué, dans un entretien au "Figaro", que cette mise en scène de Google des difficultés rencontrées pour appliquer la décision européenne était une manière de "discréditer le droit à l’oubli". Possible, mais reste que les questions soulevées par le géant de l’Internet ne sont pas anodines : elles démontrent que, derrière une belle idée, celle du droit à l’oubli, il y a des problèmes pratiques indéniables.

Première publication : 27/09/2014

  • INTERNET

    La bataille pour le "droit à l'oubli" d'un camping espagnol contre le géant Google

    En savoir plus

  • INTERNET

    "Droit à l'oubli" : comment disparaître des recherches Google

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Droit à l'oubli : quand Google "censure" l'accès à des articles de presse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)