Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : les Kurdes européens affluent en Irak pour combattre l’EI

© FRANCE 24 | Un peshmerga en faction sur le front irakien.

Vidéo par Luke BROWN , Mayssa AWAD , Selim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24 , envoyés spéciaux au Kurdistan irakien

Dernière modification : 29/09/2014

Des centaines de Kurdes européens ont répondu à l’appel pour combattre l'EI et défendre la terre de leurs ancêtres, lancé en juin dernier, par le président kurde Massoud Barzani. Reportage.

Si de nombreux jihadistes ont rejoint les rangs de l’organisation de l’État islamique (EI) depuis l’Europe, des centaines de Kurdes européens sont aussi revenus au Kurdistan pour défendre leur patrie d’origine. Les envoyés spéciaux de France 24 ont rencontré certains de ces combattants qui ont répondu à l’appel pour défendre leur terre, lancé en juin dernier, par le président kurde Massoud Barzani.

Ainsi, sur le front, Lockman Hassan est un peshmerga presque comme les autres. Presque car il est Allemand et vit à Munich depuis 19 ans. Âgé de 50 ans, il est revenu il y a trois mois, dès les premiers combats contre les jihadistes, en laissant derrière lui une femme et cinq enfants.

"Chaque jour on entendait que l’organisation terroriste appelée l’État islamique attaquait nos frères et sœurs et essayait d’occuper notre terre, explique-t-il. Donc on devait revenir et la défendre même au prix de notre vie". Lockman Hassan assure qu’il n’est pas le seul à être venu se battre contre l’EI. "Beaucoup sont revenus, non seulement de ma ville mais aussi de Cologne par exemple, et deux d’entre nous ont été tués à Jalawla [au nord-est de Bagdad, NDLR]", poursuit-il.

Hussein Mohammad, lui, a abandonné l’orchestre kurde qui le faisait vivre à Cologne et troqué son violon contre une kalachnikov. "On reçoit quotidiennement des appels de jeunes Kurdes restés en Allemagne qui nous demandent comment revenir et prendre part au combat, indique Hussein Mohammad. Ils sont prêts et très enthousiastes à l’idée de défendre le Kurdistan".

À l’instar de Lockman Hassan, il n’est pas un soldat débutant. Dans les années 90, ils avaient déjà combattu dans les rangs peshmerga face à l’armée de Saddam Hussein. Aujourd’hui, ils affirment qu’ils ne rentreront pas en Allemagne avant la fin des combats.

Première publication : 29/09/2014

  • ROYAUME-UNI

    Londres s'associe aux frappes contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Nouvelles frappes de la coalition contre l’EI en Syrie et en Irak

    En savoir plus

  • KURDISTAN IRAKIEN

    Vidéo : les raids aériens contre l'EI, appui précieux pour les peshmerga

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)