Accéder au contenu principal

Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

Jennifer Lawrence est l'une des célebrités dont des photos privées ont été publiées en ligne.
Jennifer Lawrence est l'une des célebrités dont des photos privées ont été publiées en ligne. Mike Coppola, AFP

Un avocat américain de stars accuse Google d’avoir volontairement traîné des pieds pour faire disparaître tous les liens menant aux images volées de célébrités dénudées. Il menace de réclamer des millions de dollars en réparation.

Publicité

Après Apple, c’est au tour de Google d’être rattrapé par l’affaire de la divulgation des photos dénudées de célébrités américaines. Un cabinet d’avocats, qui assure être le représentant de plus d’une douzaine de victimes du piratage, a menacé, par lettre, de demander bien plus que 100 millions de dollars au moteur de recherche. La cause ? Google aurait "manqué de retirer de ses sites les liens pointant" vers les images litigieuses et osées.

Début septembre, plusieurs dizaines de célébrités du showbiz américain, dont Jennifer Lawrence et Rihanna, ont eu la mauvaise surprise de retrouver sur Internet et en libre service des clichés très privés. Leur compte iCloud (service de stockage en ligne d’Apple) avait été piraté, les mettant littéralement à nu et jetant un discrédit certain sur la sécurité made in Apple.

Pour le cabinet du célèbre avocat de stars Martin Singer, Google mérite aussi un blâme. Le géant américain "savait que les images publiées étaient des propriétés privées et confidentielles obtenues et postées en ligne illégalement par des prédateurs pervers qui ont violé les droits au respect de la vie privée des victimes", détaille cette lettre, en date du mercredi 1er octobre, adressée à la direction de Google.

Des images encore accessibles

Martin Singer regrette que le moteur de recherche n’ait "pas ou peu donné suite" à des demandes faites il y a plusieurs semaines pour que tous les liens permettant de voir les images disparaissent de Google. L’avocat assure, en effet, qu’il est toujours possible d’accéder à ces photos compromettantes par YouTube et BlogSpot (service de blogs de Google). Les liens n’existent en revanche plus sur le moteur de recherche.

Google n’est pas coupable simplement de négligence, aux yeux du représentant légal des stars outragées. "Comme les victimes sont des célébrités, vous n’avez rien fait, sauf collecter des millions de dollars en publicité [pour les recherches relatives aux photos, NDLR]", dénonce Martin Singer. Le moteur de recherche est donc accusé de s’être cyniquement nourri sur les dos dénudés des unes et des autres.

Cette affaire démontrerait que "la devise de Google ‘don’t be evil’ (ne pas faire le mal) est une arnaque", s’emporte Martin Singer qui demande au groupe de faire disparaître de tous ses services les liens et pages qui peuvent permettre de voir les images. À défaut, il menace d’engager une procédure contre le groupe qui pourrait coûter à Google "bien plus que 100 millions de dollars en dédommagement de préjudices". Contacté parFrance 24, un porte-parole du géant américain s'est contenté de rappeler  que "plusieurs dizaines de milliers de photos" ont été supprimées et "des centaines de comptes fermés" après la diffusion sur Internet de ces images volées.

Le moteur de recherche a déjà fait face, il y a deux semaines, à des accusations de laxisme dans l’affaire des photos dénudées. Le petit ami de Kate Upton avait demandé à Google de désindexer une longue liste de pages Internet sur lesquelles se trouvaient des photos osées et volées de la mannequin. Le moteur de recherche n’avait accédé à la demande du jeune homme que dans la moitié des cas… sans donner d’explication pour les pages contenant pourtant clairement des clichés obtenus illégalement et qui n’ont pas été déréférencés.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.