Accéder au contenu principal

En images : la Manif pour tous fait son retour dans la rue

Manifestation du collectif "Manif pour tous" à Paris, le 5 octobre 2014.
Manifestation du collectif "Manif pour tous" à Paris, le 5 octobre 2014. Sam Ball, France 24

Les partisans de la Manif pour tous ont défilé dimanche pour dénoncer la politique de "déconstruction de la famille" menée selon eux par le gouvernement. À Paris, le défilé a rassemblé 70 000 personnes selon la police.

Publicité

Des milliers de manifestants, rejoints par des personnalités de droite et d'extrême droite, ont défilé dimanche 5 octobre après-midi à Paris et à Bordeaux. Ils répondaient à l'appel de la Manif pour tous, de retour dans la rue après pour dénoncer la politique de "déconstruction de la famille", avoir combattu en vain l'ouverture du mariage aux homosexuels l'an dernier.

À Bordeaux, 7 500 personnes ont défilé selon la police, 10 000 selon les organisateurs. Le cortège parisien, quant à lui, a rassemblé 70 000 personnes selon la police, et 500 000 manifestants d’après les organisateurs, tandis que plus d'un millier de policiers ont été mobilisés pour assurer la sécurité.

Parmi les manifestants, on pouvait voir défiler des adultes accompagnés de leurs enfants, des jeunes ou des retraités battant le pavé, brandissant drapeaux français ou étendards bleu, blanc ou rose aux couleurs du collectif de la Manif pour tous.

"Non aux mères porteuses"

Le collectif est toujours opposé à la loi Taubira, qui a accordé en mai 2013 aux couples homosexuels le droit de se marier. Et il s'inquiète aujourd'hui d'une légalisation de la gestation pour autrui (GPA) et d'une extension aux homosexuelles de la procréation médicalement assistée (PMA), deux pratiques qui, selon lui, mettraient en danger la filiation.

Dans la foule parisienne, un retraité dénonce aussi "la marchandisation" de la famille. "La prochaine étape ce sera des enfants dans les rayons des magasins et on choisira ceux qui nous plaisent", déclare le manifestant. Parmi les slogans de cette nouvelle Manif pour tous on pouvait lire : "Non aux mères porteuses", "Nos ventres ne sont pas des caddies", ou "Tous les trois jours, un bébé GPA est importé en France".

"Je suis ici pour dire au gouvernement que ce qu'ils font est mauvais. Ils sont en train de détruire la famille, les racines de la famille, et de la société française", explique Frédéric, un ingénieur de 49 ans, à Sam Ball l'envoyé spécial de France 24.

La question d'un recours aux mères porteuses cristallise les craintes, malgré les garanties récemment apportées par le Premier ministre. En effet, Manuel Valls a assuré que la GPA "est et sera interdite" en France. Le gouvernement n'a toutefois pas contesté dans le délai imparti des arrêts de la Cour européenne des droits de l'Homme ayant contraint en juin la France à reconnaître les enfants nés d'une mère porteuse à l'étranger.

Le gouvernement est contre le recours aux mères porteuses et "n'a jamais changé d'avis depuis deux ans", a de son côté souligné le ministre des Finances Michel Sapin, en prônant néanmoins un examen au cas par cas des dossiers d'enfants issus d'une GPA.

Des paroles qui ne suffisent pas à rassurer les partisans de la Manif pour tous. "Nous ne nous contenterons pas des mots, nous voulons des actes", confie une manifestante, sous couvert d'anonymat, à l'envoyé spécial de France 24. "Nous voulons voir inscrit dans la Constitution l'interdiction de la PMA et de la GPA en France, et pour les Français à l'étranger", ajoute la manifestante.

Des politiques de droite et d'extrême droite défilent

Plusieurs élus de l'UMP, dont Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand, Michèle Alliot-Marie et le candidat à la présidence de l’UMP Hervé Mariton ont participé à la manifestation. Une délégation du Front national était également présente avec le vice-président du parti, Louis Aliot, et la députée Marion Maréchal-Le Pen. La petite fille de Jean-Marie Le Pen a rappelé que Manuel Valls s'était prononcé "en faveur de la GPA" en 2011.

La mobilisation a peut-être aussi profité de l'annonce cette semaine d'une baisse de 700 millions d’euros sur les prestations familiales, une décision dont la droite s'est emparée pour critiquer le gouvernement. "On est en train d'étrangler financièrement des familles", a dénoncé le député UMP Laurent Wauquiez.

Un Français sur trois adhère aux idées de la Manif pour tous

Pour ne pas laisser la Manif pour tous occuper tout le champ médiatique, quelques centaines d'opposants au collectif se sont rassemblés dimanche matin, à Paris, pour soutenir l'égalité" de "tous les couples et toutes les familles" à l'appel de l'association "All Out", une ONG qui défend les droits de la communauté homosexuelle.

D’après un récent sondage Ifop pour le site Atlantico, une minorité de Français adhère aux idées de la Manif pour tous, soit près d'un Français sur trois (31 %).

Tandis q’un sondage du même organisme pour l'Association des familles homoparentales (ADFH) révèle que 55 % des Français sont favorable à l'autorisation de la GPA dans un cadre réglementé et 53 % se disent favorables à l'extension de la PMA aux couples de femmes. Une large majorité, 57 %, est par ailleurs contre la suppression de la loi Taubira.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.