Accéder au contenu principal
UNION EUROPEÉNNE

Moscovici confirmé aux Affaires économiques par le Parlement européen

Pierre Moscovici confirmé au poste de commissaire européen aux Affaires économiques et financières
Pierre Moscovici confirmé au poste de commissaire européen aux Affaires économiques et financières Emmmanuel Dunand, AFP
3 mn

Pierre Moscovici a été confirmé au portefeuille des Affaires économiques et financières, mercredi, par une commission du Parlement européen, en dépit des réserves des députés de droite sur son impartialité concernant les finances françaises.

Publicité

Les députés européens ont rendu leur verdict concernant la candidature du socialiste Pierre Moscovici au poste de commissaire européen aux Affaires économiques et financières. L’ancien ministre français des Finances a reçu, mercredi 8 octobre, l’approbation d'une commission du Parlement, d’après des députés européens.

Les membres de la commission se sont prononcés par 44 voix contre 12 en ce qui concerne sa présence au sein du nouvel exécutif européen, lequel sera présidé par l'ancien chef du gouvernement luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

Le Français a été jugé apte à assurer le portefeuille aux Affaires économiques par 32 députés. Quinze ont voté contre, et 12 se sont abstenus. Un vote serré qui atteste des doutes au sein de la droite européenne sur la capacité de l'ex-ministre français des Finances à juger avec impartialité de l'état des finances françaises.

Le Parlement européen avait soumis Pierre Moscovici à une série de questions écrites après son audition de trois heures, la semaine dernière, pour éloigner toute controverse. "Comment être certains que vous serez le braconnier devenu garde-chasse ?", lui avait notamment demandé Sophie in't Veld, une députée néerlandaise de tendance libérale.

>> À lire sur France 24 : "Moscovici, victime de la guerre gauche-droite ?"

L’audition de Pierre Moscovici avait coïncidé, à une journée près, avec la présentation du projet de budget français pour 2015. Celui-ci prévoit un déficit public à 4,3 % du PIB en 2015, alors que Paris s'était engagé à le ramener à 3 %.

Parmi les 22 questions posées lors de son audition, le socialiste français a dû expliquer à la commission des affaires économiques comment il allait gérer "[sa] relation de travail" avec les deux vice-présidents conservateurs dont il va dépendre. L’ancien ministre français des Finances devra en effet travailler à ce nouveau poste en étroite coordination avec deux conservateurs, le Finlandais Jyrki Katainen, chargé de la croissance et de la compétitivité, et le Letton Valdis Dombrovskis, chargé de la zone euro.

Le Parlement se prononcera sur l'ensemble de la Commission lors d'un vote en plénière le 22 octobre.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.