Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Moyen-Orient

Washington ne vise "pas que Kobané, mais l'ensemble de la Syrie et de l'Irak"

© Aris Messinis, AFP | Trois semaines d'affrontements entre les défenseurs kurdes et les islamistes pour le contrôle de la ville ont fait plus de 400 morts.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/10/2014

Après le nouvel assaut de l'organisation de l'État islamique contre Kobané, John Kerry a relativisé "l'importance stratégique" de la ville kurde en Syrie, rappelant que Washington ciblait "l'ensemble de la Syrie et de l'Irak".

Alors que les jihadistes de l'organisation de l’État islamique ont lancé un nouvel assaut contre la ville syrienne de Kobané, le secrétaire d’État américain John Kerry a tenté, jeudi 9 octobre, de relativiser l’importance stratégique de cette ville kurde, rappelant que l’action de la coalition visait l’ensemble de la Syrie et de l’Irak.

"Aussi horrible que ce soit d'observer en temps réel ce qu'il se passe à Kobané, vous devez prendre du recul et comprendre l'objectif stratégique [des États-Unis]", a rappelé John Kerry aux journalistes.

"Au-delà de la crise à Kobané, les cibles initiales de nos frappes sont les centres de commandement et de contrôle et les infrastructures [des jihadistes]", a poursuivi le chef de la diplomatie américaine. "Nous essayons de les priver de la capacité de lancer [une telle offensive], pas seulement à Kobané, mais dans l'ensemble de la Syrie et de l'Irak."

>> À lire sur France 24 : "Les frappes aériennes s'intensifient à Kobané, qui résiste face à l'EI"

Cette ville n’en demeure pas moins stratégique pour les jihadistes. Avec elle, ils s'assureraient le contrôle sans discontinuité d'une longue bande de territoire à la frontière syro-turque. Après avoir reçu des renforts en hommes et en équipements, les jihadistes de l'EI poursuivent d'ailleurs leur avancée dans Kobané. Et ce, malgré l'intensification des frappes menées par la coalition internationale près de cette ville proche de la frontière turque.

Les États-Unis, appuyés par la Jordanie, ont en effet mené, mercredi, huit nouvelles frappes près de cette ville kurde. Mais elles "ne vont pas apporter une solution et sauver la ville de Kobané. Elles ne règleront pas cela. Nous savons cela", a d’ailleurs admis mercredi le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby.

Trois semaines d'affrontements entre les défenseurs kurdes et les islamistes pour le contrôle de la ville ont fait plus de 400 morts, combattants comme civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Quelque 180 000 personnes ont fui la région pour se réfugier en Turquie.

Avec Reuters

Première publication : 09/10/2014

  • SYRIE

    Pourquoi la ville de Kobané est stratégique pour les Kurdes et l'EI

    En savoir plus

  • INTERNET

    "Jihad 2.0" : Google ou Facebook sont-ils impuissants ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les frappes aériennes s'intensifient à Kobané, qui résiste face à l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)