Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La réforme des retraites, fer de lance de l'opposition russe

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Les câbles sous-marins, enjeux stratégiques de la communication

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Helle Thorning-Schmidt : "Les guerres modernes visent les enfants"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un peuple et son roi" : quand grande et petite histoire s'entremêlent

En savoir plus

FACE À FACE

Manuel Valls candidat à Barcelone : un pari osé ?

En savoir plus

L’invité du jour

Bassma Kodmani : "Assad, un jour, rendra compte pour ses crimes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis : la hausse des taux, un risque pour l'économie ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jair Bolsonaro : vers "un retour de la dictature au Brésil" ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Bioéthique, le tournant ?"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 13/10/2014

Belfast, les "Troubles" en héritage

© France 24

Quinze ans après la signature d'un accord de paix, la capitale nord-irlandaise a connu une profonde mutation, mais les divisions persistent entre communautés catholique et protestante.

Pour comprendre à quel point les "Troubles" ont modelé la société nord-irlandaise, nul besoin d’ouvrir un livre d’histoire. Une promenade dans les rues de Belfast, véritable musée à ciel ouvert, s’avère bien plus efficace.

Il y a bien sûr ces immenses fresques murales qui célèbrent les acteurs du conflit, visibles partout dans la ville. Un moyen diablement efficace de savoir si vous visitez un quartier à majorité protestante ou catholique, loyaliste ou républicain.

Les touristes choisissent souvent d’embarquer à bord des célèbres "Black Taxis" pour faire le tour de ces fresques. À la clé, un décryptage par des guides qui ont eux-mêmes connu les "Troubles". Certains y ont même activement participé. Pour ceux qui veulent revivre au plus près le conflit, d’anciens paramilitaires des deux camps offrent aussi leurs services. Parmi eux, d'anciens prisonniers de l’IRA (Irish Republican Army, l'Armée républicaine irlandaise) font visiter West Belfast à grand renfort d’anecdotes personnelles.

En 1998, la paix faisait officiellement son retour avec la signature de l’accord du Vendredi Saint. Il aura fallu trois décennies d’affrontements et plus de 3 500 morts. Depuis, les ennemis d’hier gouvernent ensemble au sein d’une assemblée et d’un exécutif mixtes.

Deux partis dominent la scène politique : le Sinn Fein, ancienne aile politique de l’IRA, et les unionistes du DUP, fondé par Ian Paisley, décédé il y a peu. Malgré des crises majeures, les nouvelles institutions ont connu une relative stabilité ces dernières années.

Mais les clivages du passé n’ont pas totalement disparu. Des dizaines de "murs de la paix" - bien mal-nommés - continuent de diviser catholiques et protestants à Belfast. Entre eux, des kilomètres de béton, de grillages et de barbelés construits pendant les violences sectaires pour prévenir les affrontements entre les deux communautés.

Dans certains quartiers, ces murs sont toujours le théâtre de tensions quotidiennes. En atteste celui qui sépare le bastion loyaliste d'East Belfast de la petite enclave catholique de Short Strand. Des projectiles en tous genres sont régulièrement lancés des deux côtés, rendant impossible la vie aux habitants.

En Irlande du Nord, la ségrégation s'étend souvent jusqu'aux bancs d’école. L’immense majorité des enfants auront des camarades de classe de la même religion qu’eux. Seuls quelques rares établissements tentent de faire bouger les lignes, et accueillent à la fois catholiques et protestants.

Il faut attendre l’université pour que la mixité devienne la règle. À Queen’s University, dans le sud de Belfast, les étudiants disent vivre cette transition sans difficulté. Ces jeunes, qui ont grandi après "les Troubles", portent un jugement sans concession sur leur société. Ils ont conscience du chemin parcouru, mais pour eux, il est temps de tourner définitivement la page des années noires.

Par Jonathan WALSH

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/09/2018 BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

Près de 40 ans se sont écoulés en Ouganda depuis la fin du règne du dictateur sanguinaire Idi Amin Dada. Pour certains, le chef d'État a laissé un souvenir amer de ses huit...

En savoir plus

07/09/2018 BILLET RETOUR

Vidéo : un an après l’ouragan Irma, Saint-Martin peine à se relever

C'était un monstre. Un ouragan de 500 kilomètres de diamètre, des rafales à plus de 300 km/h. Dans la nuit du 5 au 6 septembre 2017, l'ouragan Irma sème la désolation sur les...

En savoir plus

24/08/2018 BILLET RETOUR

L’Islande, miracle économique... et modèle pour les Européens ?

Nos reporters sont retournés en Islande, dix ans après la crise qui a ébranlé le pays lors de l’effondrement de son système bancaire. En quelques années, les Islandais ont tout...

En savoir plus

22/06/2018 BILLET RETOUR

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

Alors que le Premier ministre français Édouard Philippe se rend vendredi 22 juin à Shenzhen pour la première étape de sa visite de quatre jours en Chine, nos reporters se sont...

En savoir plus

08/06/2018 BILLET RETOUR

Que reste-t-il de la France "Black-Blanc-Beur" de 1998 ?

La plupart des Français savent où ils étaient ce soir-là. Le 12 juillet 1998, l'équipe de France est sacrée championne du monde de foot, après avoir battu le Brésil 3-0. Peu...

En savoir plus