Accéder au contenu principal
ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

Brésil : Marina Silva apporte son soutien à l'opposant Aécio Neves

Aécio Neves et Marina Silva, avant le débat du 2 octobre 2014, à Rio.
Aécio Neves et Marina Silva, avant le débat du 2 octobre 2014, à Rio. Yasuyoshi Chiba, AFP
3 mn

La candidate écologiste brésilienne Marina Silva a officiellement apporté son soutien, dimanche, au candidat social-démocrate Aécio Neves, qui affrontera la présidente sortante Dilma Rousseff au second tour du scrutin le 26 octobre.

Publicité

Au terme d'intenses négociations, l'écologiste brésilienne Marina Silva a apporté, dimanche 12 octobre, un soutien de poids à l'opposant social-démocrate Aécio Neves, rival de la présidente de gauche Dilma Rousseff, pour le second tour de l'élection présidentielle prévu le 26 octobre.

"Prenant note des engagements pris par Aécio Neves, je déclare que je vais lui apporter mon vote et mon soutien", a indiqué celle qui avait terminée troisième du premier tour, dimanche 5 octobre, avec 21,3 % des voix, lors d'une conférence de presse à Sao Paulo.

Elle a négocié durement tout au long de la semaine son éventuel soutien au candidat du Parti social-démocrate brésilien (PSDB) Aécio Neves, qui prône un virage libéral pour relancer l'économie en panne du géant d'Amérique latine.

Un temps donnée favorite surprise de cette élection, Marina Silva, qui prônait "une nouvelle politique" en rupture avec le jeu des grands partis, a finalement été la grande perdante du premier tour. Mais son score de 21,3 %, représentant 22 des 142,8 millions d'électeurs brésiliens, l'a en grande partie positionnée en arbitre du second tour.

Ancienne militante du Parti des travailleurs (PT) qui fut ministre de l'Environnement (2003-2008) de l'ex-président Lula, Marina Silva avait déjà exclu de soutenir Dilma Rousseff, en disant vouloir respecter la volonté de changement exprimée par une majorité de Brésiliens.

Entente sur une base de programme commune

L'ex-favorite de cette élection présidentielle brésilienne, qui avait assumé la candidature du Parti socialiste brésilien (PSB) après la mort de son allié Eduardo Campos, en août, dans un accident d'avion, a conditionné son soutien à Aécio Neves à l'adoption d'une vingtaine des mesures qui figuraient dans son propre programme électoral.

Après des tractations difficiles qui ont conduit Marina Silva à reporter ses consignes de vote initialement attendues jeudi, les deux camps ont fini par s'entendre sur une base de programme commune.

Le sénateur Neves a officialisé cet accord, samedi 11 octobre, à Recife (Nord-Est), le fief du défunt Eduardo Campos, où il a rencontré des membres de sa famille et des dirigeants du PSB qui ont déjà annoncé mercredi leur ralliment.

Il a notamment lu un document dans lequel il endosse une séries d'engagements chers à Marina Silva : œuvrer activement en faveur du développement durable, amplifier la réforme agraire, accélérer le processus de démarcation des terres indigènes, présenter au Parlement une réforme politique interdisant à certains élus, dont le président, de concourir à un second mandat.

La prise de position de Marina Silva pourrait faire pencher la balance le 26 octobre. Dilma Rousseff a assez nettement remporté le premier tour du 5 octobre, avec 41,59 % des voix devant Aécio Neves (33,55 %). Mais le second tour s'annonce extrêmement disputé.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.