Accéder au contenu principal

Vidéo : la ville kurde de Diyarbakir laisse éclater sa colère contre l'État turc

Près de 40 Kurdes ont été tués dans le sud-est de la Turquie en moins d’une semaine.
Près de 40 Kurdes ont été tués dans le sud-est de la Turquie en moins d’une semaine. Ilyas Akengin, AFP

Les manifestations pro-kurdes contre l'inertie d'Ankara se multiplient en Turquie et le bilan des victimes, après des heurts avec les forces de l'ordre, s'alourdit. Dans la région de Diyarbakir, près de 40 personnes ont été tuées.

PUBLICITÉ

"Daech [organisation de l'État islamique, NDLR] meurtrier ! AKP [parti au pouvoir, NDLR] collabo ! PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan, NDLR], tu dois nous venger !" Dans la nuit de samedi à dimanche 12 octobre, les habitants de Diyarbakir, sud-est de la Turquie, ont manifesté leur colère contre les autorités turques.

Parce qu’à leurs yeux, Ankara laisse la ville syrienne kurde de Kobané tombée aux mains des jihadistes de l'organisation de l'État islamique (EI), les protestations kurdes se multiplient partout en Turquie. Près de 40 pro-kurdes ont été tués dans le sud-est lors d'affrontements avec les forces de l'ordre.

Diyarbakir, la "capitale" kurde de Turquie vit au rythme de la bataille de Kobané


Le père de l’une de ces victimes s'insurge. "Toi, l’État turc, tu penses en finir avec ton peuple kurde mais tu n’arriveras pas à venir à bout de nous", soutient-il.

Pour décourager toute manifestation la nuit, des hélicoptères larguent des gaz lacrymogènes en début de soirée. Des blindés surmontés de mitrailleuses surveillent les grands axes. Plus question pour Ankara de revivre les affrontements de ce début de semaine.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.