Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Gilets jaunes: Macron cherche la bretelle de sortie"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

Moyen-Orient

La Turquie veut-elle vraiment la paix avec les Kurdes ?

© Ilyas Akengin, AFP | Enterrement d'un jeune kurde, tué à Diyarbakir lors d'affrontrements avec la police en août 2014.

Texte par Sarah LEDUC , envoyée spéciale en Turquie

Dernière modification : 14/10/2014

Face à l’inaction d’Ankara à Kobané, le leader kurde du PKK a menacé de suspendre le 15 octobre les négociations de paix avec le pouvoir turc. La Turquie, qui défend toujours l'armistice, a pourtant bombardé lundi des positions du PKK.

La Turquie bombarde des positions du PKK

L’aviation turque a bombardé, lundi soir, des objectifs du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est du pays, rapporte "Hurriyet". "Des F-16 et des F-4 qui avaient décollé de Diyarbakir et de Malatya ont largué des bombes sur des positions du PKK, dont les membres avaient attaqué un poste militaire avancé dans la région de Daglica", écrit le site turc. 

Les raids aériens, sans précédent depuis l’ouverture de négociations de paix en 2013, ont infligé des "dégâts importants" au mouvement séparatiste, dit-il, précisant que le PKK bombardait depuis trois jours une position militaire dans la province d’Hakkari, près de la frontière irakienne.

L’armée, qui, selon "Hurriyet", a agi avec l’aval du Premier ministre Ahmet Davutoglu, n’a fait aucun commentaire.

Avec AFP

Le compte à rebours a commencé. Mercredi 15 octobre, l’ultimatum lancé depuis sa cellule d'Imrali par Abdullah Öcalan, le chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), arrive à son terme. Si la Turquie ne vient pas en aide à Kobané, enclave kurde de Syrie prise d’assaut par les jihadistes de l’organisation de l'État Islamique (EI), il menace de mettre un terme au processus de paix engagé avec le pouvoir turc.

"Kobané, c’est la ligne rouge", assure à France 24 Samil Altan, chef régional du HDP, la principale formation politique kurde de Turquie. Depuis l’exigu bureau du parti, au dernier étage d’un immeuble stambouliote qui semble aussi vieux que le conflit turco-kurde dans le pays, l’homme prévient calmement mais fermement : "Si Kobané tombe, ce serait une tragédie humaine, une  catastrophe pour la région, pour le mouvement kurde, mais surtout pour la Turquie".

>> À lire sur France 24 : "Siège de Kobané : le volcan kurde se réveille en Turquie"

Le PKK a annoncé que ses hommes reprendront les armes et que des combattants kurdes étaient déjà repassé de la Syrie à la Turquie. De fait, les violences ont déjà commencé. La semaine dernière, plus de trente personnes ont été tuées, dont deux policiers, lors les manifestations  pro-kurdes qui ont éclaté dans toute la Turquie. Mardi 14 octobre, les médias turcs ont par ailleurs annoncé que l'aviation turque a bombardé des positions du PKK dans le sud-est de la Turquie.

Char turc posté à la frontière face à la ville de Kobané, prise d'assaut par les combattants de l'EI. © Aris Messinis, AFP

"Envoyer des civils à la guerre, c'est un crime"

Le président Erdogan a pourtant affirmé qu’il "ferait tout ce qu’il peut" pour éviter la chute de Kobané, comme il a promis de tout faire pour sauver les pourparlers. Le 2 octobre, une résolution a été votée par le Parlement turc pour autoriser l’armée à intervenir en Syrie et en Irak et permettre le stationnement de troupes étrangères sur son territoire.

Mais pour le PKK, ce geste, non suivi d’effets, puisque les chars turcs sont massés à la frontière sans agir, ne suffit pas. Il exige l’arrêt de ce qu'il considère être un soutien "politique, militaire et stratégique" à l’EI ;  l’ouverture d’un corridor humanitaire et militaire pour pouvoir passer et se battre en Syrie ; et la reconnaissance du statut du Rojava, région du Kurdistan syrien qui cherche à établir son autonomie, à l’image du Kurdistan irakien.

>> À voir sur France 24 : "Exclusif : 'La Turquie ne peut pas armer des civils' pour combattre l'EI"

Ni le PKK, ni la Turquie ne semblent prêts à transiger. Si la reconnaissance d’une autonomie kurde à ses frontières est inenvisageable pour Ankara, l’ouverture d’un corridor militaire semble également exclue. Le ministre turc des Affaires étrangères kurde,Mevlut Cavusoglu, a affirmé sur France 24 que"la Turquie ne peut pas armer des civils et leur demander de se battre contre des groupes terroristes. […] Envoyer des civils à la guerre, c’est un crime !"

Erdogan s'imaginait en Lincoln turc

Le processus de paix avec les Kurdes était l’un des grands objectifs de Recep Tayyip Erdogan. Qualifié d’"historique", le cessez-le-feu contracté le 21 mars 2013 semblait, pour la première fois, porter des perspectives de paix solides entre les deux camps. Conscient de l’occasion en or de rentrer dans l’histoire comme le Lincoln turc, Erdogan, alors Premier ministre, n’avait de cesse de répéter qu’il était "prêt à boire du poison pour y parvenir". Lors de son élection à la présidentielle en août 2014, il promettait encore d'oublier les "disputes du passé". 

Malgré les vives critiques de l’opposition et d’une majeure partie de la population, qui a vu ces négociations avec "le terroriste", tel qu'elle désigne Öcalan, comme une trahison ou un calcul politique, le pari a commencé à payer et les deux dernières années ont été apaisées. En mai 2013, le PKK a commencé à retirer une partie de ses forces, dont le nombre total est estimé à quelque 5 000 hommes. Tout en continuant – paradoxalement – à qualifier le PKK de groupe terroriste, Mevlut Cavusoglu assure donc que la Turquie "n’arrêtera jamais ce processus de paix" et souhaite "parvenir à des résultats". "Nous mettons beaucoup d’efforts là-dessus mais eux aussi doivent en fournir", a demandé sur France 24 le ministre turc des Affaires étrangères .

Pour le PKK aussi, l’enjeu est de taille. "Le fait même que ces négociations aient été entamées lui donne une crédibilité. Cela lui permet de négocier d’égal à égal, pas comme une organisation terroriste, et de s’imposer dans le paysage politique turc", analyse Ozan Tekin, activiste au sein du collectif citoyen DurDe ("Stop" en turc), qui œuvre pour le vivre ensemble en Turquie.
 
"Risque de pogroms et d’enlèvements"
 
De l’avis de nombreux observateurs, la trêve ne sera pas suspendue officiellement. Les deux camps ont trop à y perdre. Un pas en avant, deux pas en arrière, pour Ozan Tekin, ces menaces font parti du jeu : "l’ultimatum du PKK  est dans la logique du modus operandi. Les Kurdes font une démonstration de force mais ils pâtiraient d’une rupture et la Turquie encore plus". 
 
 
"Il n’est pas concevable que l’armistice soit remise en cause. Je ne pense pas qu’on reviendra à une guerre ouverte, comme avant 2013", estime aussi Cengiz Aktar, professeur de sciences politiques à l’université Bahcesehir d’Istanbul. Il se dit néanmoins pessimiste : "Il y a un sérieux risque d’hostilités. On va assister à des escarmouches, mais aussi à des pogroms, des assassinats, des bavures, des enlèvements…"
 
La jeunesse kurde échappe au contrôle des partis
 
Le plus inquiétant, selon lui, est cette colère, montante et rugissante, qui échappe peu à peu au contrôle des partis. Plusieurs milliers d’hommes sont susceptibles de se lancer dans une guérilla disparate, fugace, désorganisée opposant les Kurdes aux forces de l’ordre ou les milices entre elles, comme c’est déjà le cas dans l’est du pays. Signe avant-coureur : l’appel au calme lancé par Öcalan à ses hommes, depuis sa cellule, n’a pas eu l’effet escompté.
 
"Les instances kurdes n’arrivent plus à contenir la rage de la jeunesse", explique Cengiz Aktar, qui fait le constat d’un phénomène nouveau. "Il y a un vrai ras-le-bol des jeunes qui ne voient rien venir. Ni éducation, ni décentralisation. Concrètement, ce processus n’a rien apporté si ce n’est l’armistice", explique le politologue qui fustige l’impuissance d’Ankara. "Le gouvernement est totalement irresponsable, incapable de gérer une situation de crise. Face à une rage montante, dont les racines remontent au siècle dernier, l’optimisme béat d’Ankara est inquiétant", soupire-t-il.  
 
Le PKK à la mode Öcalan risque donc d’être supplanté par une jeunesse qui ne se contente pas d’un accord de papier ou d’une chaine de télévision en kurde. Elle fait peu de cas des négociations qui se tiennent probablement dans l’ombre entre Ankara et Imrali. Elle exige des droits, du changement et remet la question d’un Kurdistan indépendant sur la table, alors qu’Öcalan lui-même y avait renoncé. Le vrai danger est là : les négociateurs n’ont peut-être déjà plus les cartes en main.
 

 

Première publication : 14/10/2014

  • REPORTAGE

    Siège de Kobané : le volcan kurde se réveille en Turquie

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Vidéo : la ville kurde de Diyarbakir laisse éclater sa colère contre l'État turc

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Turquie : "Les Kurdes risquent de se retourner contre nous"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)