Accéder au contenu principal

Premier cas confirmé d'Ebola à New York

Les représentants des autorités sanitaires de New York, autour du maire Bill DeBlasio et du gouverneur de l'État Andrew Cuomo, au cours d'une conférence de presse, jeudi 23 octobre.
Les représentants des autorités sanitaires de New York, autour du maire Bill DeBlasio et du gouverneur de l'État Andrew Cuomo, au cours d'une conférence de presse, jeudi 23 octobre. Bryan Thomas, AFP

Un médecin new-yorkais de 33 ans, récemment revenu d’Afrique de l’Ouest, a contracté le virus Ebola et a été placé en quarantaine. Le maire de New York a appelé la population à ne pas s’inquiéter.

Publicité

La ville de New York connaît son premier cas avéré d’Ebola. Il s'agit d'un médecin récemment revenu de Guinée, où il avait travaillé pour Médecins sans frontières (MSF) avec des malades d'Ebola.

Craig Spencer, 33 ans, avait quitté la Guinée le 14 octobre pour revenir, via l'Europe, à New York, ont indiqué jeudi soir les autorités, annonçant le résultat des examens médicaux menés dans la journée, après qu'il a développé une forte fièvre.

Le Mali a enregistré son premier cas confirmé d'Ebola, une fillette venue de la Guinée voisine et qui a été placée en quarantaine à Kayes (ouest), a annoncé jeudi soir le ministère malien de la Santé dans un communiqué.

"À ce jour, grâce à une diligente prise en charge,l'état de santé du sujet infecté s'améliore considérablement. [...] L'enfant malade et les personnes qui ont eu un contact avec elle à Kayes ont été immédiatement identifiées et prises en charge selon les normes requises en la matière", donc placées en quarantaine, explique le ministère.

Selon le communiqué, "le ministère de la Santé et de l'Hygiène publique a pris toutes les dispositions nécessaires pour éviter la propagation du virus. Il rassure les populations sur les mesures prises et en appelle au calme et à la sérénité".

(Avec AFP)

"Il n'y a pas de raison pour les New-Yorkais de s'inquiéter", a déclaré le maire de la ville, Bill de Blasio, lors d'une conférence de presse, aux côtés du gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo.

Les deux hommes ont insisté sur le fait que la ville de 8,4 millions d'habitants s'était préparée depuis des semaines à cette éventualité. Des contrôles renforcés aux aéroports et des protocoles draconiens dans les hôpitaux ont notamment été mis en place. La maladie est "très difficile à attraper", a insisté M. de Blasio.

Placé en quarantaine, appartement mis sous scellé

Le médecin avait été hospitalisé plus tôt dans la journée avec plus de 39 degrés de température et des douleurs abdominales. Des examens approfondis ont été menés au regard de "ses récents voyages, des symptômes et de son travail passé", ont expliqué les autorités sanitaires new-yorkaises.

Il a été immédiatement placé en quarantaine à l'hôpital Bellevue de Manhattan, l'un des cinq établissements spécialement préparés pour gérer les éventuels cas d'Ebola à New York.

Sa fiancée et deux de ses amis ont également été placés en quarantaine, a précisé, lors de la conférence de presse, la responsable des services sanitaires de la ville de New York, Mary T. Bassett. Elle a ajouté que le médecin avait essayé de s'isoler au maximum dans son appartement depuis son retour, "limitant ses contacts", et prenant sa température deux fois par jour. Il n'a commencé à avoir de la fièvre que jeudi en fin de matinée, et a prévenu immédiatement MSF qui, à son tour, a prévenu les autorités, conformément au protocole.

L'appartement du médecin à Harlem a également été scellé. Les autorités new-yorkaises ont également recherché quelles personnes le médecin pourrait avoir rencontrées à New York et potentiellement mis en danger.

Il a pris à plusieurs reprises le métro, a ajouté Mary T. Bassett. Et mercredi soir, il est allé jouer au bowling avec des amis à Brooklyn. Le bowling a depuis été fermé par précaution.

Le Dr Craig Spencer est la quatrième personne aux États-Unis à avoir contracté la maladie. L'une d'elles est décédée à Dallas.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.