Accéder au contenu principal
IMMIGRATION

Londres refuse de soutenir le sauvetage des migrants en Méditerranée

Opération de sauvetage de migrants clandestins en Méditerranée par la marine militaire italienne.
Opération de sauvetage de migrants clandestins en Méditerranée par la marine militaire italienne. Marina Militare, AFP
4 mn

L'opération Mare Nostrum, qui a permis de sauver 150 000 personnes en Méditerranée en un an, prend fin cette semaine. Le Royaume-Uni a annoncé qu'il refusait de soutenir les prochaines opérations de sauvetage des migrants en mer.

Publicité

Le Royaume-Uni ne s’engagera pas pour venir en aide aux migrants en Méditerranée. La secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Joyce Anelay,  a annoncé mardi que le pays refusait de soutenir les opérations de recherche et de sauvetage des migrants qui tentent d'atteindre l'Europe par la mer.

"Nous pensons que [ces opérations] créent un 'facteur d'attraction' involontaire, encourageant plus de migrants à tenter la dangereuse traversée de la mer et conduisant donc à plus de morts tragiques et inutiles", a annoncé Joyce Anelay. Elle précise que le gouvernement britannique préfère se concentrer sur les "pays d'origine et de transit" et la lutte contre les passeurs.

"L'attraction" est justement ce que cherche à éviter à tout prix David Cameron qui a fait de la réduction de l'immigration une priorité. À l'approche des élections législatives de mai 2015, le Premier ministre conservateur est mis sous pression par la popularité croissante de l'Ukip (UK Independence Party), parti europhobe et anti-immigration.

 Adieu Mare Nostrum, bonjour Triton
 
L’annonce de Londres survient alors que l'opération maritime italienne Mare Nostrum, qui a permis de secourir 150 000 personnes en mer en l'espace d'un an, doit s'achever cette semaine. L’union européenne lancera pour lui succéder, l'opération Triton qui viendra supporter les efforts des autorités italiennes en mer Méditerranée.
 
>> À voir sur France 24 - Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europ
 
Selon le vice-Premier ministre italien, Angelino Alfano, Mare Notrsum et Triton sont des opérations "totalement distinctes". Triton vise d'abord au contrôle des frontières et restera dans les eaux territoriales européennes, tandis que Mare Nostrum, mission de sauvetage, opère jusqu'aux côtes libyennes.
 
Pour les autorités italiennes, qui ont longtemps réclamé de l’aide pour faire face au nombre croissant de migrants, la mise en place de l’opération Triton apporte un premier soulagement. Mare Nostrum coûtait plus de neuf millions d'euros par mois au contribuable italien alors que le pays se trouve dans une situation économique délicate. Triton coûtera environ trois millions d'euros par mois et jusqu'à présent, huit pays de l'Union européenne ont proposé de mettre des navires et des avions à disposition de l'opération.
 
Mare Nostrum sous le feu des critiques
 
Mare Nostrum, un déploiement naval à grande échelle, avait été lancé en octobre 2013 par l'Italie après deux naufrages qui avaient fait plus de 400 morts près de l'île de Lampedusa et de Malte. Selon la marine militaire, 32 navires ont participé, à tour de rôle, à cette opération avec le soutien de deux sous-marins ainsi que des avions et des hélicoptères.
 
En moyenne, 900 soldats ont été mobilisés chaque jour depuis un an. Cette mobilisation a permis d'arrêter 351 passeurs et de secourir plus de 150 000 personnes en un an. Un quart de ces migrants viennent de Syrie et un autre quart d'Érythrée. Les autres sont Maliens, Nigérians, Gambiens, Palestiniens, Somaliens, etc… Pour fuir les conflits ou les difficultés économiques de leurs pays, ils bravent les eaux méditerranéennes sur de frêles embarcations.
 
Selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), la multiplication des départs de migrants depuis 2013 reflète l'aggravation de la situation sécuritaire et économique de leurs pays d'origine, et le niveau de désespoir de ces personnes. Pourtant, nombre de personnalités politiques, en Italie ou en Europe, à l'instar de David Cameron, reprochent à Mare Nostrum de constituer une invitation à l'immigration. Sans pour autant empêcher les drames : au moins 3 300 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée cette année.
 
Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.