Accéder au contenu principal
LIGUE DES CHAMPIONS CAF

L'ES Sétif vise un nouveau sacre continental face à l'AS Vita en finale retour

Les joueurs de l'ES Sétif espèrent décrocher leur deuxième titre continental, après celui de 1988.
Les joueurs de l'ES Sétif espèrent décrocher leur deuxième titre continental, après celui de 1988. Salah Habibi, AFP
4 mn

Auteur d'un match nul convaincant à Kinshasa face à l’AS Vita Club (2-2), l’ES Sétif reçoit le club congolais à Blida, en Algérie, samedi, pour la finale retour de la Ligue des champions africaine. Avec, en jeu, un sacre continental historique.

Publicité

À Kinshasa, en RD Congo, la finale aller de la Ligue des champions africaine entre l’AS Vita Club et l’ES Sétif avait accouché d’un spectaculaire match nul (2-2), samedi 25 octobre. Le match retour décisf se jouera à Blida, en Algérie, samedi 1er novembre, à 19 h 15, heure de Paris. Et au petit jeu des pronostics, ce sont les Sétifiens, grâce à leurs deux buts inscrits à l’extérieur, qui font désormais figure de favoris pour décrocher leur deuxième titre continental, après celui de 1988.

En Algérie, les autorités n’ont d’ailleurs pas lésiné sur les moyens pour faire de cette fête du football un événement à la portée extra-sportive. Dans un entretien publié mercredi sur le quotidien algérien "El Watan", le directeur du stade Tchaker, qui accueille la rencontre, confirme : "Nous avons pris toutes les dispositions à l’occasion de cette finale retour qui coïncide avec le 60e anniversaire du déclenchement de la Révolution", explique-t-il, précisant que l’organisation avait fait le choix de "décorer toutes les tribunes du stade aux trois couleurs du drapeau algérien".

Sur les traces de la JS Kabylie

Si la portée politique de l’événement est totalement assumée par l’organisation, c’est bien sur le terrain que les joueurs de l’Entente devront parachever l’"œuvre nationale". Samedi, l’ESS peut certes renouer avec son glorieux passé, mais surtout remettre l’Algérie sur le toit du football africain. Une situation que n’a plus connue le pays depuis près d’un quart de siècle, avec l’épopée victorieuse de la JS Kabylie en 1990.

Pour cela, les Algériens devront réaliser une performance aussi convaincante que celle qui leur a permis de décrocher le match nul à Kinshasa. Au stade Tata Raphaël, enceinte mythique qui avait accueilli le "combat du siècle" entre Mohamed Ali et George Foreman en 1974, l’ESS a su se montrer particulièrement réaliste, prenant même les devants à deux reprises au cours de la rencontre.

L’AS Vita condamnée à l’exploit

En face, les joueurs de l’AS Vita savent qu’ils ne se sont pas simplifié la tâche, samedi dernier. À Blida, enceinte fétiche de l’équipe nationale algérienne, tout autre résultat qu’une victoire semble désormais condamner les Congolais, sauf en cas d’avalanche de buts et de résultat nul.

Les hommes de Florent Ibenge devront de toute manière compter sur l’ensemble de leurs forces, et notamment sur Lema Mabidi, auteur d’un doublé au match aller. Ils devront surtout faire preuve de plus de discipline collective, puisque samedi dernier, les deux buts sétifiens ont été marqués après des errements de la défense congolaise.

La rencontre, qui sera dirigée par le Gambien Bakary Papa Gassama, secondé par son compatriote Dickory Jawo et le Camerounais Evarist Menkouande, s’annonce en tout cas spectaculaire, à l’image de l’enjeu qu’elle revêt.

Et ce d’autant plus que le vainqueur de cette finale de Ligue des champions de la CAF sera qualifié pour la prochaine Coupe du monde des clubs, qui se tiendra au Maroc du 10 au 20 décembre 2014.

• ES Sétif - AS Vita Club, samedi 1er novembre à 19 h 15, heure de Paris, à suivre en direct commenté sur France24.com.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.