Accéder au contenu principal
FRANCE

Lydie Salvayre décroche le prix Goncourt pour son roman "Pas pleurer"

Lydie Salvayre, lauréate du Goncourt 2014, photographiée lors du Livre sur la Place, en septembre 2014.
Lydie Salvayre, lauréate du Goncourt 2014, photographiée lors du Livre sur la Place, en septembre 2014. ActuaLitté, Flickr
3 mn

L'écrivain français Lydie Salvayre a été récompensée par le prestigieux prix Goncourt pour son roman "Pas Pleurer". Fille de républicains espagnols, l'écrivain évoque la guerre civile en Espagne dans son ouvrage.

Publicité

Le plus prestigieux des prix littéraires français a été attribué mercredi 5 novembre à Lydie Salvayre pour son roman "Pas Pleurer". Contrairement aux pronostics, ce livre, publié aux éditions du Seuil, a été préféré à celui de Kamel Daoud intitulé "Meursault contre-enquête".

it
fr/ptw/2014/11/05/WB_FR_NW_SOT_GONCOURT_SALVAYRE_15H_NW065320-A-01-20141105.mp4

>> À lire sur France 24 : "Meursault, contre-enquête" : variation camusienne pour un Goncourt

"Pas Pleurer" se déroule durant la guerre civile en Espagne. L'auteur, fille de républicains espagnols, y mêle la voix de l'écrivain Georges Bernanos et celle de sa mère ainsi que le français et l'espagnol, entrelacés dans une langue hybride, le "fragnol".

Lydie Salvayre a déjà écrit une vingtaine de romans. Elle a notamment été récompensée en 1997 par le prix Novembre pour son quatrième ouvrage "En compagnie des spectres".

Le Renaudot pour Foenkinos

Privé de Goncourt, David Foenkinos, 40 ans, a été récompensé par un autre prix prestigieux, le Renaudot, décerné dans la foulée et qui évoque une autre guerre.

"Charlotte", long chant narratif en vers libres, rend hommage à la jeune artiste Charlotte Salomon, assassinée à Auschwitz en 1943, Foenkinos se défend d'avoir changé de registre: "Je revendique le droit d'être un écrivain multiple. J'ai aussi aimé écrire mes précédents livres et la légèreté n'empêche ni la profondeur, ni la mélancolie", expliquait récemment à l'AFP l'auteur.

Parmi les auteurs qui l'ont inspiré, il cite, en tête, Albert Cohen qui lui a apporté, entre autres, "le goût pour les personnages de petits juifs valeureux". Mais aussi Bernard Frank, "décisif pour l'écriture", Witold Gombrowicz. Il se nourrit aussi de Jean-Philippe Toussaint, Philip Roth, Milan Kundera, Paul Auster, Patrick Modiano.
 

Avec AFP

it
2011-09-07 17:10-WB FR CULTURE

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.