Accéder au contenu principal

UE : Juncker confronté au délicat dossier des pratiques fiscales du Luxembourg

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a été Premier ministre du Luxembourg
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a été Premier ministre du Luxembourg John Thys, AFP

La Commission européenne a promis, jeudi, de sanctionner s'il y a lieu le Luxembourg pour ses pratiques fiscales, après les révélations sur la manière dont le Grand-duché permettait aux multinationales d'échapper à l'impôt.

Publicité

Exercice d'équilibriste pour la Commission européenne après les révélations, jeudi 6 novembre, d'une quarantaine de journaux sur les pratiques d'optimisation fiscale du Luxembourg. Elle a affirmé être prête à sanctionner le Grand-duché, s'il y a lieu. Mais d'un autre côté, son président Jean-Claude Juncker a également été le Premier ministre luxembourgeois durant la période visée par ces accusations.

Ce dernier a essayé de déminer le terrain en promettant qu'il s'abstiendrait "d'intervenir dans ce dossier". Il faut dire que le dossier est lourd. Les informations publiées par des médias du monde entier, après une enquête de six mois du collectif international de journalistes d'investigation ICIJ, démontre que ce petit pays européen a largement aidé plus de 300 multinationales à économiser des milliards de dollars en faisant de l'optimisation ficsale.

Près de deux milliards de profits mais pas d'impôts

Le mécanisme utilisé par Ikea, Deutsche Bank, AIG et bien d'autres est toujours le même, d'après cette enquête explosive. Les multinationales trouvent avec les autorités fiscales luxembourgeoises un accord sur la manière dont ils seront taxés une fois qu'ils auront localisés une partie de leurs activités dans le Grand-duché. Le Luxembourg leur promettant, à chaque fois, une fiscalité bien plus arrangeante que dans leur pays d'origine.

C'est ainsi, comme l'explique le quotidien britannique "The Guardian", qu'une filiale luxembourgeoise du géant pharmaceutique britannique Shire a été exempté d'impôt sur les bénéfices malgré des profits nets en cinq ans de 1,87 milliard de dollars. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

Ces révélations ont, en tout cas, remis le Luxembourg sur le devant de la scène médiatique pour son rôle de paradis fiscal. Son premier ministre Xavier Bettel a réagi aux informations publiées en assurant que les pratiques fiscales de son pays sont "conformes aux lois internationales".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.