Accéder au contenu principal

Ukraine : violents combats à Donetsk

Un immeuble endommagé par des tirs d'artillerie, le 5 novembre 2014 à Donetsk.
Un immeuble endommagé par des tirs d'artillerie, le 5 novembre 2014 à Donetsk. Alexander Khudoteply, AFP

La nuit de samedi à dimanche a été marquée par de violents combats à Donetsk, tenue par les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Des convois de renforts d'armements ont également été observés récemment dans la région.

Publicité

De violents tirs d'artillerie ont résonné samedi soir à Donetsk, et se poursuivaient   dimanche 9 novembre dans ce bastion des séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine, où sont arrivés des renforts en armes lourdes.

Il s'agit des affrontements les plus intenses dans la région depuis la signature du cessez-le-feu signé le 5 septembre. Les tirs très proches du centre ont commencé à s'intensifier vers 2 h du matin, selon l'AFP, et une correspondante de la BBC rapportait qu'ils ont duré près de huit heures. L'étendue des dégâts ne pouvait être évaluée à cause du couvre-feu imposé par les rebelles dans la ville.

Selon la BBC, les combats ont commencé quatre jours auparavant, juste après les élections séparatistes organisées au grand dam de Kiev et des Occidentaux dans les zones contrôlées par les rebelles.

Sept camions automoteurs ont été aperçus se dirigeant, dimanche matin, vers la zone de l'aéroport, l'un des principaux points chauds que l'armée ukrainienne et les séparatistes se disputent depuis des mois ainsi qu'en direction de Iassynouvata, nœud ferroviaire et ville voisine de Donetsk.

Plus de 40 chars et camions observés

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est déclarée samedi soir "très inquiète" de la présence de convois militaires et de chars dans l'est du pays. "Plus de 40 chars et camions" ont été vus circulant sur une voie rapide à la périphérie est de Makiïvka, ville voisine de Donetsk, ont indiqué les observateurs de l'OSCE présents en Ukraine pour surveiller l'application du cessez-le-feu signé le 5 septembre entre Kiev et les séparatistes.

Les autorités ukrainiennes qui accusent Moscou d'armer les rebelles et d'envoyer des troupes régulières dans l'Est avaient dénoncé vendredi l'entrée à partir de la Russie de dizaines de chars, de pièces d'artillerie et d'autres équipements militaires. Moscou nie toujours être impliqué dans les combats dans l'est de l'Ukraine mais soutient les rebelles sur les plans politique et humanitaire.

Plus de 4 000 personnes ont trouvé la mort dans le début des affrontements en Ukraine en avril, selon des chiffres de l'ONU.

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.