Accéder au contenu principal

Conflit israélo-palestinien : "Il n'y a pas de troisième intifada"

Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.
Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères. France 24

Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, réagit sur France 24 à la récente montée des tensions en Israël. Il analyse aussi le projet de vote des députés français sur la reconnaissance de l'État palestinien.

Publicité

Si le regain de violences observé ces derniers jours en Israël et en Cisjordanie inquiète Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, ce dernier ne pense pas qu'il s'agisse d'une "troisième intifada". "Il est certain que nous sommes dans une situation de troubles et de violence et c'est une situation qu'il faut changer le plus rapidement possible car elle nuit à tout le monde", estime cependant Emmanuel Nahshon sur France 24, mercredi 12 novembre.

Dans le colimateur du représentant ministériel se trouve notamment le président palestinien Mahmoud Abbas, à qui il reproche "une stratégie très dangereuse qui risque de s'avérer incendiaire. Parce qu'au lieu de retourner à la table des négociations, il préfère insulter Israël, les Israéliens et la religion juive (...)."

Invité à s'exprimer sur le projet de résolution sur la reconnaissance de l'État de Palestine qui devrait prochainement être soumis au vote des députés français, Emmanuel Nahshon estime là encore qu'il s'agit d'une stratégie erronée. "Une reconnaissance unilatérale ne contribue pas à la paix et ne contribue pas à un retour aux négociations. Et nous appelons au contraire la France à pousser les Palestiniens à revenir à la table des négociations."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.