Accéder au contenu principal
FOOTBALL

CAN-2015 : l’ex-star du Maroc Mustapha Hadji soutient la décision de son pays

Mustapha Hadji, l'une des plus grandes stars de l'équipe du Maroc de la fin des années 90.
Mustapha Hadji, l'une des plus grandes stars de l'équipe du Maroc de la fin des années 90. Patrick Kovarik, AFP
3 mn

L’ancien porte-étendard du football marocain Mustapha Hadji, aujourd’hui sélectionneur-adjoint des Lions de l'Atlas, a estimé que les autorités avaient pris une juste décision en refusant de transiger sur leur demande de report de la CAN-2015.

Publicité

"La santé du peuple passe avant tout." Mercredi 12 novembre, le sélectionneur-adjoint du Maroc et ancien joueur vedette, Mustapha Hadji, a jugé que le royaume avait pris la bonne décision en sollicitant coûte que coûte un report de la CAN-2015.

"Le gouvernement a très bien fait. Aujourd'hui, on n'a pas la possibilité de s'opposer à ce virus, on a été très honnêtes, c'est très bien", a déclaré Hadji, interrogé sur Atlantic Radio, alors que les Lions de l'Atlas doivent affronter jeudi le Bénin en match amical à Agadir, dans le sud du pays.

La Confédération africaine de football (CAF), qui a confirmé les dates de l'épreuve, du 17 janvier au 8 février, a retiré mardi son organisation au Maroc, et a disqualifié sa sélection, laquelle devait participer en tant que pays hôte.

"C'est vrai que c'est embêtant, on était préparé, on avait un objectif immédiat. Pour les joueurs, pour le staff, pour le football marocain, on attendait une belle compétition", a toutefois regretté l'ancien joueur.

Hadji espère des sanctions "pas trop sévères"

Mustapha Hadji a également assuré que l'ensemble de la sélection était "solidaire" de la décision prise par le royaume. "On le félicite et on lui dit merci pour avoir pris cette décision. Le football, ça reste du sport", a-t-il rappelé.

S'agissant d'éventuelles nouvelles sanctions contre le football marocain, l'ancienne vedette des Lions de l'Atlas a dit espérer qu'elles ne seront "pas trop sévères".

"À la CAF, il y a des gens intelligents, humains, qui vont prendre des décisions sages à un moment", a-t-il estimé.

"On n'aura pas de matches officiels, de compétitions avant un minimum deux ans, a-t-il ajouté. Mais c'est à nous de trouver les mots justes pour garder les joueurs dans le même état d'esprit".

Le Maroc devait accueillir pour la seconde fois seulement la CAN, après celle de 1988. Eliminés au premier tour lors des deux dernières éditions, les Lions de l'Atlas ne sont par ailleurs pas parvenus à se qualifier pour un Mondial depuis 1998.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.