Accéder au contenu principal

Le Mondial-2022 se tiendra bien au Qatar, annonce la Fifa

Entre le Qatargate, les soupçons d’espionnage, et ceux de corruption, la Fifa a plus que jamais besoin de redorer son blason.
Entre le Qatargate, les soupçons d’espionnage, et ceux de corruption, la Fifa a plus que jamais besoin de redorer son blason. AFP Archives

En dépit d’éléments qui ont pu "porter atteinte à l’intégrité du processus" d’attribution des Mondiaux 2018 et 2022, organisés en Russie et au Qatar, la commission d’éthique de la Fifa a estimé qu’il n’était pas nécessaire de rouvrir les dossiers.

Publicité

Les nombreuses voix qui se sont élevées contre la validité des processus d’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 n'y ont rien fait. Les deux compétitions devraient finalement être maintenues en l’état par la Fifa. L’instance vient en effet de recevoir le soutien de sa propre commission d’éthique, qui avait été chargée d’étudier les circonstances de l'attribution de ces Mondiaux.

L’étude du rapport, remis début septembre par l’avocat et ancien procureur fédéral américain Michael J. Garcia, a cependant révélé des éléments douteux, selon le président de la chambre de jugement de la commission d'éthique de la Fifa, Hans-Joachim Eckert. Ce dernier évoque "certains faits […] susceptibles de porter atteinte à l'intégrité du processus".

Hans-Joachim Eckert s’appuie notamment sur "la conduite douteuse de deux personnes agissant comme conseillers ou consultants auprès de l'équipe de candidature" du Qatar. Des éléments "de portée très limitée", tempère-t-il cependant.

Au final, la commission d’éthique a jugé qu’il n’y avait pas lieu "de se repencher sur le processus d’attribution" des Mondiaux russe et qatari "et encore moins de le rouvrir".

La quasi-totalité des candidatures entachée de pratiques contestables

Le commentaire d'Eckert, transmis jeudi à la presse, précise également que le rapport Garcia a repéré des pratiques contestables dans la quasi-totalité des candidatures examinées. C'est le cas, notamment, de celle de l'Angleterre, l'un des pays les plus critiques envers la Fifa et l'attribution du Mondial-2022 au Qatar. Seule la candidature conjointe de la Belgique et des Pays-Bas sort exempte de tout reproche.

"L'évaluation du processus d'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 est donc terminée pour le comité d'éthique" de la Fifa, conclut Hans-Joachim Eckert, tout en précisant que "la Chambre d'enquête du comité d'éthique [présidée par Michael Garcia, NDLR] a fait part de son intention d'ouvrir des procédures d'enquête contre certaines personnes".

Une nouvelle maladresse de la Fifa

La Fifa devrait donc se contenter du commentaire de sa commission d’éthique pour avaliser définitivement l’attribution de ces deux compétitions, qui n’avaient de toute manière que très peu de chances d’être retirées aux deux pays hôtes.

Si ce document devrait en tout cas mettre fin aux rumeurs sur la tenue d’un nouveau processus d’attribution, notamment pour le mondial qatari, le choix d’autogestion effectué par la Fifa pour trancher pourrait de nouveau faire l’objet de nombreuses critiques. Un énième coup de projecteur malheureux sur la fédération, qui, entre le Qatargate, les soupçons d’espionnage, et ceux de corruption, a plus que jamais besoin de redorer son blason.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.