Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

Moyen-Orient

Kurdistan irakien : "Nos besoins en armes lourdes ne sont pas satisfaits"

© France 24 | Massoud Barzani, président du gouvernement régional du Kurdistan irakien.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/11/2014

Dans un entretien à France 24, le président de la région autonome du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, remercie la coalition qui épaule les Kurdes dans leur lutte contre l'EI. Mais il assure que l'aide fournie n'est à ce jour pas suffisante.

Rôle de la coalition, situation à Kobané, indépendance du Kurdistan… Dans une interview exclusive accordée à France 24, le président du gouvernement régional du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, offre son point de vue sur la guerre contre le groupe État islamique (EI). Extraits.

-Sur la livraison d’armes

"Nous voulons remercier la France ainsi que les autres pays membres de la coalition pour leur soutien. Mais j’aimerais également dire que l’aide apportée n’est pas à la hauteur de nos besoins. Nos besoins en armes lourdes ne sont pas satisfaits pour mener cette guerre. Il nous faut, par exemple, des blindés, des hélicoptères, de l’artillerie."

-Sur l’organisation de l’État islamique

"Il s’agit d’une guerre idéologique. Nous avons affaire à des terroristes barbares qui ne partagent rien, qui s’en prennent à tout. Oui, cette organisation terroriste est la plus brutale et la plus barbare des organisations que nous avons été amenés à combattre, même lorsque nous combattions le régime irakien."

-Sur l’envoi de peshmerga supplémentaires à Kobané

"S’il y a une demande et qu’une opportunité se présente, peu importe comment nous nous y prendrons, mais nous le ferons pour Kobané."

-Sur l’indépendance du Kurdistan

"Le processus se poursuit. Le calendrier va peut-être évoluer mais nous ne ferons pas marche arrière car il s’agit là de notre droit. Le peuple kurde va bientôt pouvoir décider de son avenir. Personne d’autre que le peuple kurde n’a le droit de décider de son avenir."
 

Première publication : 18/11/2014

  • SYRIE

    Les renforts de peshmerga sont entrés dans Kobané

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Vidéo : les refugiés kurdes croient à nouveau en la libération de Kobané

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Pétrole de l'EI : les Turcs et les Kurdes irakiens dans le viseur des États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)