Accéder au contenu principal

Coupe Davis : qui sont les meilleurs supporters ?

Les 27 432 spectateurs établissent un nouveau record d'affluence pour une rencontre de Coupe Davis.
Les 27 432 spectateurs établissent un nouveau record d'affluence pour une rencontre de Coupe Davis. Denis Charlet, AFP.

En finale de la Coupe Davis, la France et la Suisse sont à égalité après la première journée. Le public, très nombreux vendredi, joue traditionnellement un rôle important. Mais à Lille, qui fait le plus de bruit, les Français ou les Suisses ?

PUBLICITÉ

à Villeneuve d'Ascq

C'est le chiffre du jour : 27 432. C'est le nombre de spectateurs présents vendredi 21 novembre au stade Pierre-Mauroy pour la première journée de la finale de Coupe Davis entre la France et la Suisse. Après les deux premiers simple, les deux équipes sont à égalité : Stan Wawrinka a remporté le premier simple contre Jo-Wilfried Tsonga, puis Gaël Monfils s'est imposé face à Roger Federer.

Ces 27 432 spectateurs établissent un nouveau record d'affluence pour une rencontre de Coupe Davis. Le précédent – 27 200 spectateurs – avait été enregistré à Séville en 2004, lors de la finale opposant l’Espagne aux États-Unis. Un record qui peut encore être battu samedi et dimanche.

Seulement voilà, le capitaine des Bleus Arnaud Clément a soulevé un problème à la fin de la journée, en conférence de presse : "Les Suisses sont nombreux ! Et 2 500 à 2 700 Suisses, ça fait beaucoup de bruit ! C'est le chiffre officiel, mais je pense qu'ils sont plus que cela dans le stade. Ils ont donné beaucoup de voix."

"Je me fais siffler dans mon propre pays !"

Cela n'a d'ailleurs pas beaucoup plu à Jo-Wilfried Tsonga : "C'est un peu compliqué, lors de la présentation des équipes, ils applaudissent plus Stan que nous, ils applaudissent plus Roger que nous... Et finalement, on entend pratiquement plus les Suisses que les Français dans le stade. C'est un peu dur. Sur une balle où il y a un litige, je me fais siffler dans mon propre pays !"

Son adversaire, Stan Wawrinka, évidemment, n'a pas eu à s'en plaindre : "Je trouve que le public est bien. Au début du match, on avait plus de soutien des spectateurs suisses que les Français de leur public. On n'entend pas trop tout le bruit qui est fait par ceux qui sont tout en haut."

Car effectivement, les supporters suisses, certes moins nombreux, sont placés tout près du court, sur le côté, tandis que les fans des Bleus sont un peu plus loin. Et dans ce stade immense, une grande partie du public français, placé dans les tribunes en hauteur, doit vraiment donner de la voix pour qu'on l'entende d'en bas.

Mais pour Wawrinka, peu importe qui fait le plus de bruit dans les tribunes, c'est sur le court que se joue la victoire. Et il ne s'est pas gêné pour adresser un vilain tacle à son adversaire malheureux : "Je pense que, de sa part, c'est facile de dire que le public ne l'a pas assez soutenu, c'est simplement parce que sur le court j'étais le meilleur."

"C'est à nous d'aller chercher les supporters"

Tsonga, sous pression, n'a pas réussi à lâcher ses coups, ni à vraiment enflammer le match : "C'est énervant, mais c'est aussi à nous d'aller chercher les supporters Français. On va aller les chercher par la qualité de notre jeu. Je n'ai pas réussi à le faire aujourd'hui”.

Un problème que n'a pas eu Gaël Monfils : face à la star Roger Federer, qu'il a battue en trois sets, il n'a pas douté un seul instant et comme à son habitude quand il est en confiance, il a fait le show. “J'aime bien ces ambiances avec un grand court, avec un public super. Je leur ai demandé de revenir très fort, c'était bien parce qu'ils m'ont donné de l'énergie, ils m'ont donné le courage de bien commencer ce match et cela m'a beaucoup aidé à la fin aussi.”

 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.