MOYEN-ORIENT

La femme arrêtée au Liban est-elle l’épouse du chef de l’EI ?

Capture d'écran d'une vidéo de propagande de l'organisation de l'EI diffusée le 5 juillet 2014.
Capture d'écran d'une vidéo de propagande de l'organisation de l'EI diffusée le 5 juillet 2014. Al-Furqan Media, AFP

Selon les services secrets libanais, l'une des épouses du leader de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, a été arrêtée il y a quelques jours à la frontière entre le Liban et la Syrie. Une affirmation qui contredit les informations recueillies par France 24.

Publicité

Des responsables de la sécurité libanaise ont annoncé, mardi 2 décembre, l’interpellation par l’armée de l'une des épouses du chef de l’organisation de l’État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, ainsi que trois enfants, deux garçons et une fille, à un poste-frontière avec la Syrie.

Mais selon des jihadistes et des journalistes contactés par France 24, la femme appréhendée n'est pas l'épouse de Baghadi. Il s'agit de Saja al-Dlimi, la femme d’Anas Jarkas, un émir du Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

"Une femme est actuellement détenue" après avoir été arrêtée il y a dix jours par les services de renseignement militaires alors qu'elle voyageait "près (de la ville frontalière sunnite) d'Arsal", indique une source à France 24. Mais pour l’heure, le nom et la nationalité de cette femme n'ont pas été révélés par les autorités.

Mercredi matin, c'est au tour du porte-parole de ministre irakien de l'Intérieur d'affirmer que la femme arrêtée au Liban n'est pas l'épouse du chef de l'EI.

Tests ADN sur un des enfants

D’après les informations qui circulent à son sujet, Baghdadi n’aurait qu’une fille. Parmi les trois enfants arrêtés en compagnie de Saja al-Dlimi, seule la fille est l’objet de tests ADN pour prouver la filiation ou non avec Baghdadi, à l'aide d'échantillons fournis par les Américains.

Mais sur ce point, les informations divulguées par les sources sécuritaires libanaises sont également contradictoires : certains affirment que les tests sont concluants, d’autres non. Le mystère reste donc entier.

Néanmoins, au-delà de toutes ces considérations, il paraît étrange que Baghdadi, qui contrôle un territoire aussi grand que le Royaume-Uni, à cheval entre l’Irak et la Syrie, envoie son épouse et ses enfants au Liban, bastion du Hezbollah qui combat l’EI à la frontière syro-libanaise.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine