JUSTICE

Kenya : la CPI abandonne les poursuites contre le président Kenyatta

Le président kényan Uhuru Kenyatta lors d'une conférence de presse le 29 octobre 2014.
Le président kényan Uhuru Kenyatta lors d'une conférence de presse le 29 octobre 2014. Tony Karumba, AFP

Les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI) ont annoncé vendredi que le président kényan Uhuru Kenyatta ne serait pas poursuivi pour crimes contre l’humanité lors des violences post-électorales au Kenya en 2007-2008.

Publicité

Le premier chef d’État en cours de mandat à comparaître devant la Cour pénale internationale (CPI) ne risque plus la disgrâce d’une condamnation pour crimes contre l’humanité. Ce sont les procureurs de la CPI qui ont annoncé, vendredi 5 décembre, l’abandon des charges contre le président kényan Uhuru Kenyatta pour les violences ethniques post-électorales commises en 2007-2008.

"L'accusation retire les charges contre M. Kenyatta", a déclaré la procureure, Fatou Bensouda, dans un document officiel, soulignant ne pas avoir assez de preuves "pour prouver, au delà de tout doute raisonnable, la responsabilité criminelle présumée de M. Kenyatta".

Mercredi, la CPI avait donné une semaine au parquet pour étayer ses accusations contre Kenyatta, accusé d’avoir fomenter des violences communautaires, ou pour les retirer en totalité.

Élu à la présidence du Kenya en mars 2013, Uhuru Kenyatta est accusé d’avoir co-orchestré les violences à caractère ethnique qui ont fait 1 200 morts après l’élection présidentielle de décembre 2007, remportée par Mwai Kibaki.

Il avait nié les accusations portées contre lui.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine