ÉTATS-UNIS

Violences policières aux États-Unis : la colère ne retombe pas

Des manifestants contre l'impunité policière à New York, le 4 décembre 2014.
Des manifestants contre l'impunité policière à New York, le 4 décembre 2014. Yana Paskova / Getty Images/ AFP

Plusieurs milliers de manifestants ont encore défilé dans les rues de New York et de plusieurs villes américaines, jeudi, pour protester contre les violences policières. Un nouveau cas de bavure pourrait avoir eu lieu à Phoenix dans la nuit.

Publicité

La colère ne faiblit pas aux États-Unis au lendemain de la relaxe du policier responsable de la mort d’Eric Garner, un vendeur de cigarette à la sauvette issu de la communauté noire, lors de son interpellation l’été dernier. Comme la veille, plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans la soirée du 4 décembre à New York et dans plusieurs autres villes américaines pour protester contre les violences policières à l’égard des minorités.

Ces manifestations spontanées s’inscrivent dans un contexte de colère croissante face à l’impunité dont semblent bénéficier les forces de police lorsque les victimes des bavures sont issues de la communauté noire. La mort d’Eric Garner à New York fait suite à celle de Michael Brown à Ferguson, dans le Missouri. Dans les deux cas, les policiers incriminés – blancs – n’ont pas été punis par la justice malgré le fait que leurs victimes – noires – étaient désarmées au moment des faits.

Bavure policière à Phoenix

Un nouveau cas de fusillade dans la nuit du 4 décembre, dans laquelle un homme noir désarmé a été abattu par un policier blanc, pourrait encore relancer la mobilisation.
Rumain Brisbon, 34 ans, a été tué de deux balles dans le torse à Phoenix, dans l’État de l’Arizona. L’officier de police a déclaré avoir tiré après avoir "senti" lors de sa tentative d’interpellation que l’homme, suspecté d’être un trafiquant de drogue, avait une arme dans sa poche.

"L'officier a sommé à plusieurs reprises le suspect de se mettre à terre mais il a refusé d'obtempérer, hurlant des insanités", affirme la police dans un communiqué, signalant qu’une boîte contenant ce qui semble être du cannabis et un pistolet semi-automatique avaient été retrouvés dans la boîte à gant du véhicule de Rumain Brisbon.

Quelque 200 manifestants ont spontanément défilé jusqu’au quartier général de la police de Phoenix après avoir appris la mort du jeune homme.

Vers un nouveau mouvement des droits civiques ?

La colère des manifestants n’a pas été désamorcée par l’annonce, jeudi, du ministre américain de la Justice d’ouvrir une enquête fédérale "exhaustive et impartiale" concernant la mort d’Eric Garner, dont l’interpellation musclée avait été filmée par un passant et diffusée sur Internet. Le ministre s’exprimait à Cleveland, dans l’Ohio, où un enfant afro-américain de douze ans a été abattu le mois dernier par par la police alors qu’il jouait avec un pistolet factice.

Cette succession de bavures policières pourrait mener à une mobilisation similaire à celle de la lutte pour mes droits civiques des années 60, selon la correspondante de RFI à Washington, Anne-Marie Capomaccio. Évoquant un véritable dysfonctionnement du système judiciaire américain, les organisations de défense des droits civiques ont demandé la désignation d’un procureur fédéral spécial pour enquêter sur les violences policières.

Une grande manifestation nationale est ainsi prévue à Washington le 13 décembre prochain, tandis qu’un sommet fédéral sur les droits civiques doit se tenir en début d’année prochaine.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine