BELGIQUE

Fabiola, l'ancienne reine des Belges, est morte

La veuve du roi Baudoin s'est éteinte à 86 ans.
La veuve du roi Baudoin s'est éteinte à 86 ans. Éric Lalmand, BELGA / AFP

La reine Fabiola, morte vendredi à l'âge de 86 ans, était restée depuis le décès du roi Baudouin fidèle à son pays d'adoption, la Belgique. Elle avait vu son image ternie par un scandale en 2013 avant de s'effacer complètement de la vie publique.

Publicité

"Leurs Majestés le Roi et la Reine et les Membres de la Famille Royale annoncent avec une très grande tristesse le décès de Sa Majesté la Reine Fabiola, survenu ce soir au Château du Stuyvenberg à Bruxelles", a annoncé vendredi 5 décembre le Palais dans un communiqué. La reine Fabiola, morte à l'âge de 86 ans, était restée depuis le décès de son mari le roi Baudouin en 1993 fidèle à son pays d'adoption, la Belgique, mais avait vu son image ternie avant de s'effacer de la vie publique.

Elle avait été déjà hospitalisée en 2009 en raison d'une broncho-pneumonie.

En juillet 2013, elle avait assisté à la passation de pouvoir entre son beau-frère, le roi Albert II, qui avait succédé à Baudouin, et son neveu Philippe, dont elle était proche.

Née Dona Fabiola de Mora y Aragon le 11 juin 1928 à Madrid, dans une famille de la noblesse espagnole, la cinquième reine des Belges s'était faite discrète depuis 20 ans, dans l'ombre du roi Albert et de son épouse, la reine Paola, avec qui l'entente n'était pas parfaite.

Alors que beaucoup prévoyaient qu'elle se retire dans un couvent ou retourne dans son Espagne natale après la mort de Baudouin, Fabiola était restée en Belgique, pays qui l'avait accueillie les bras ouverts en 1959 lors de l'annonce, inattendue, de son mariage avec Baudouin.

Les années venant une arthrose l'avait contrainte à s'appuyer sur une canne puis à se déplacer en fauteuil roulant, ses apparitions devenant alors de plus en plus rares.

Début 2013, Fabiola s'était retrouvée au coeur d'une polémique, écornant son image et affaiblissant la monarchie, lorsque la presse a révélé qu'elle avait créé une "fondation privée" destinée à aider ses neveux et nièces et des oeuvres culturelles ou sociales promouvant ses convictions catholiques. Fabiola s'était résolue à dissoudre sa fondation et avait par la suite limité encore plus ses sorties publiques.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine