FRANCE 24

fr/ptw/2014/12/05/WB_FR_NW_PKG_V2_F24_ANNIV_SANGARIS_06H_NW107813-A-01-20141205.mp4

Il y a un an, La France déployait une mission militaire pour rétablir la paix en Centrafrique. Son nom : l'opération Sangaris. Les soldats français sont arrivés dans un pays en proie à une terrible spirale de violence. Aujourd'hui la ...

Lorsque les soldats français de la force Sangaris se déploient dans les rues de Bangui en Décembre 2013, la ville est à feu et à sang. Les Ex-Rebelles Selekas à majorité musulmane et les milices Anti-Balakas se massacrent à coup de machette, de Kalashnikov et de grenade. SOT Général Dominique Trinquand, Ancien chef de la mission militaire Francaise auprès des nations unies / Directeur des Relations extérieures du Groupe Marck« Lors de l'intervention au mois de décembre tout le monde y compris les médias disais dans un mois, dans 2 Mois… on n'est pas du tout sur cette longueur, on est sur des années… des années. Donc nous sommes au bout de la première année, la première année, plus de massacres, jugez vous-même… Est-ce que nous y sommes arrivés, je crois. Ça ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir des incidents, mais il n'y a plus de massacres. »Dés leur arrivée, l'armée française et les forces de l'union africaine font cantonner les ex-Rebelles Selekas. Puis au mois de Janvier 2013, Michel Djotodia, le président musulman qui a pris le pouvoir grâce à la rébellion est poussé à la démission et un gouvernement de transition est mis en place. Bangui, quadrillée par les forces internationales se stabilise peu à peu…SOT 2 Général Dominique Trinquand, Ancien chef de la mission militaire Francaise auprès des nations unies / Directeur des Relations extérieures du Groupe Marck« Il ne faut pas se leurrer, la stabilité est aussi là parce que les musulmans sont partis en grand nombre, ceci a un effet pervers pour l'économie Centrafricaine, puisque l'essentiel du réseau économique était tenu par les musulmans, la paix ne sera vraiment revenue dans ce pays non seulement quand il y aura eu des élections et un gouvernement stable, mais aussi lorsque le tissus économique aura pu se remettre en place et ceci passe par un retour d'un grand nombre des musulmans qui assuraient ce réseau économique. »Aujourd'hui l'essentiel de la force Sangaris est déployée dans les provinces centrafricaines. Les soldats Français ont déjà stabilisé une grande partie de l'ouest du pays. Désormais il faut qu'elle reprenne le contrôle de l'Est et du Nord du pays, notamment la région de Birao, fief de la Seleka.