SYRIE

La Syrie accuse Israël d'avoir mené deux raids sur son territoire

Alors que la Syrie accuse Israël d'avoir mené des raids sur son territoire, l'armée israélienne se refuse à tout commentaire.
Alors que la Syrie accuse Israël d'avoir mené des raids sur son territoire, l'armée israélienne se refuse à tout commentaire. AFP Archives

La télévision publique syrienne, la télévision libanaise Al-Manar et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme ont signalé, dimanche, que des raids aériens israéliens avaient été menés en Syrie. L'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire.

Publicité

Des raids aériens israéliens auraient visé, dimanche 7 décembre, des positions près de l'aéroport international de Damas et dans la ville de Dimas, près de la frontière libanaise, rapporte la télévision d'État syrienne, qui ajoute que ces raids n'ont pas fait de victimes.

"L'ennemi israélien a commis une agression contre la Syrie en visant deux zones de la province de Damas, à Dimas et près de l'aéroport international de Damas", a-t-elle annoncé, alors que des habitants de la capitale syrienne ont également fait état de fortes explosions.

La télévision libanaise Al-Manar, proche du Hezbollah, a déclaré que des appareils israéliens avaient bombardé des positions près de l'aéroport de la ville de Dimas. Et selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), dix explosions ont été entendues dans ce secteur.

"Il s'agissait de deux sites militaires où des armes étaient stockées", a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, ajoutant toutefois ne pas savoir si les raids avaient été menés ou non par Israël.

Un porte-parole de l'armée israélienne s'est refusé à tout commentaire.

it

L'armée syrienne resserre son étau sur les rebelles

L'annonce de ces raids survient alors que les forces pro-gouvernementales syriennes ont connu plusieurs succès ces dernières 24 heures.

Elles ont réussi dimanche à repousser une attaque de l'organisation État islamique (EI) contre un important aéroport militaire situé à Deir Ezzor, selon l'OSDH, qui a fait état de la mort de plus de 100 jihadistes et de 59 combattants pro-régime.

D'après l'OSDH, plusieurs jihadistes ont souffert de "suffocation" en raison de l'utilisation par l'armée de chlorite.

L'aéroport militaire de Deir Ezzor est considéré comme la seule voie de ravitaillement alimentaire des forces gouvernementales dans l'Est syrien. C'est de là que les avions et hélicoptères de l'armée décollent pour des raids contre les jihadistes et rebelles dans plusieurs régions de Syrie.

Par ailleurs, l'armée avançait dimanche dans la province d'Alep, selon l'OSDH, qui a précisé qu'au moins 24 rebelles et jihadistes avaient été tués au nord-est de la ville éponyme. "L'armée (...) a pris le secteur de Breij", a déclaré à l'AFP M. Abdel Rahmane.

Cela signifie que l'armée resserre l'étau sur les rebelles à l'est d'Alep : "il y a une menace très réelle que la route d'approvisionnement de l'opposition soit coupée", a-t-il précisé.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine